L’infrastructure censée protéger Venise d’inondations au cœur d’une polémique

L’infrastructure censée protéger Venise d’inondations au cœur d’une polémique
Photo News

Le projet Moïse, composé de digues mobiles censées protéger Venise d’une noyade sous les eaux de la lagune, s’est retrouvé au cœur d’une polémique mercredi, en raison de malfaçons, de critiques sur son efficacité et d’enquêtes pour corruption qui ont retardé fortement sa mise en place.

La ville lacustre a subi la pire « acqua alta » (marée haute) à 1,87 mètres mardi soir, tout près du record établi le 4 novembre 1966 (1,94 mètres), un désastre qui a renversé des gondoles, inondé des dizaines de boutiques et hôtels et provoqué la mort d’un septuagénaire. Selon le gouverneur de la région de Venise, Luca Zaia, 80 % de la Cité des Doges s’est retrouvée sous les eaux.

Le projet MOSE (Moïse en italien, Module expérimental électromagnétique) est un système d’ingénierie complexe devant permettre « l’imperméabilisation » de la Sérénissime grâce à 78 digues placées aux points d’entrée de la lagune.

Il s’agit d’un réseau de caissons remplis d’eau, censés pouvoir se relever en 30 minutes, pour créer une barrière capable de résister à une montée des eaux de 3 mètres au-dessus de la normale.

« Elaboré dans les années 80, le chantier a démarré en 2003 et il aurait dû être prêt il y a trois ans. Mais il a pris du retard à cause de scandales de corruption et de surcoûts. Il a déjà coûté 7 milliards d’euros », a fustigé mercredi le quotidien en ligne Fanpage.

« Aujourd’hui Moïse est un projet fantôme », a dénoncé le maire Luigi Brugnaro, à propos du dispositif censé protéger une ville, bâtie sur pilotis et formée de 118 îles et îlots.

Sur le même sujet
Venise
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. C’est un «
jeudi noir
» qui s’annonce dans le pays. Le pays est promis au blocage. Et la contestation devrait durer.

    Pourquoi la France part en grève générale ce 5 décembre

  2. Kompany devrait être titularisé au coeur de la défense anderlechtoise.

    Coupe de Belgique: Anderlecht joue déjà son avenir européen

  3. Les erreurs relevées dans cette simulation se multiplient
: bracelet avec un mauvais nom de patient, médicaments personnels laissés sur la table de nuit alors qu’ils devraient être confisqués, potence inaccessible et pourtant indispensable pour que le malade puisse se relever dans son lit.

    A l’hôpital, une «chambre des erreurs» pour stimuler la vigilance des soignants

La chronique
  • L’éclipse du soft power américain

    Samedi dernier, le New York Times a répondu sèchement au gouvernement chinois, qui avait traité de fake news les informations que le journal avait publiées sur la persécution des minorités musulmanes dans le Xinjiang, alors que ces révélations, accablantes, étaient fondées sur des documents internes du régime. Habituellement très pondéré, l’éditorialiste n’a pas hésité à faire le parallèle avec l’époque nazie, « lorsque Hitler parlait de la Lügenpresse, la presse menteuse, pour discréditer le journalisme indépendant ».

    Sa cible réelle, toutefois, était Donald Trump, accusé d’user et d’abuser de l’expression fake news pour vilipender les médias qui le dérangent, au risque de servir d’alibi aux régimes autoritaires qui verrouillent l’information. « Quand un président américain attaque la presse indépendante, les despotes s’empressent de l’imiter », notait le journal, en évoquant une kyrielle de pays, de la Russie au Burundi, qui ont trouvé dans le spectre des fake news une justification très commode de leurs attaques contre les médias...

    Lire la suite

  • La participation au secours de la démocratie

    La démocratie n’est plus une évidence. Accablée de toutes les impuissances du monde, elle ne s’impose plus comme un système légitime et efficace. Boucs émissaires : les élus, en lesquels les électeurs ont de moins en moins confiance. C’est donc la démocratie représentative qui semble en crise. Et la démocratie participative qui semble l’issue.

    Réconciliera-t-on le citoyen avec la politique en l’y intégrant ? C’est le pari de celles et ceux qui multiplient les initiatives de participation...

    Lire la suite