Trump reçoit Erdogan à la Maison Blanche: «Nous sommes amis depuis longtemps»

Trump reçoit Erdogan à la Maison Blanche: «Nous sommes amis depuis longtemps»
Photo News

Après des semaines d’échanges tendus et parfois confus, place au tête-à-tête : Donald Trump a reçu mercredi à la Maison Blanche son homologue turc Recep Tayyip Erdogan, pour évoquer la Syrie, le sort des prisonniers djihadistes ou encore l’Otan.

« Nous sommes amis depuis longtemps », a-t-il souligné en l’accueillant dans le Bureau ovale.

La conférence de presse commune des deux dirigeants, prévue en début d’après-midi, s’annonce haute en couleur. D’autant qu’elle coïncide avec un autre événement de taille à Washington : les premières auditions publiques au Congrès dans l’enquête en vue d’une éventuelle destitution de Donald Trump.

Interrogé, en présence de M. Erdogan, sur ces auditions qui tiennent l’Amérique en haleine, M. Trump a assuré qu’il était « trop occupé » pour les regarder, dénonçant une nouvelle fois une « chasse aux sorcières » le visant.

Le locataire de la Maison Blanche s’enorgueillit de savoir négocier avec les dirigeants autoritaires. Mais ses tractations avec M. Erdogan au cours des semaines écoulées ont été pour le moins chaotiques, suscitant de réelles interrogations sur sa stratégie dans la durée en Syrie.

« Ne faites pas l’idiot ! »,

Après l’annonce par M. Trump du retrait des troupes américaines déployées dans le nord-est de la Syrie, Ankara a lancé le 9 octobre une offensive militaire visant les forces kurdes alliées de la Coalition internationale dans la lutte contre les djihadistes.

« Ne jouez pas au dur ! Ne faites pas l’idiot ! », lançait alors M. Trump dans une lettre au ton surprenant adressée à son homologue turc.

Fortement critiqué, y compris dans son propre camp, il a ensuite durci le ton, menacé de « détruire » l’économie turque et autorisé des sanctions contre la Turquie, qui ont été levées après un accord conclu mi-octobre.

Mais l’abandon des forces kurdes et la place laissée à la Russie dans le conflit syrien ont indigné nombre d’élus, démocrates comme républicains.

« Nous pensons que le moment est particulièrement mal choisi pour recevoir le président Erdogan aux Etats-Unis, nous vous exhortons à retirer votre invitation », ont écrit des élus des deux bords dans une lettre rendue publique lundi.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10838727-107

    La Une choquante du Corriere dello Sport sur Lukaku: gratuit et attiseur de haine

  2. B9721767720Z.1_20191130001105_000+G4NF11L67.2-0

    Philippe Close sur le chaos à Bruxelles: «Du monde dans le centre-ville? Une bonne nouvelle!»

  3. Le fantasme des apôtres de la sécurité publique
: plus on pourra scanner les foules et identifier des suspects, plus la criminalité reculera. Encore faudrait-il que le système soit performant.

    Grand format – Le délit de sale gueule de la reconnaissance faciale

La chronique
  • L’éclipse du soft power américain

    Samedi dernier, le New York Times a répondu sèchement au gouvernement chinois, qui avait traité de fake news les informations que le journal avait publiées sur la persécution des minorités musulmanes dans le Xinjiang, alors que ces révélations, accablantes, étaient fondées sur des documents internes du régime. Habituellement très pondéré, l’éditorialiste n’a pas hésité à faire le parallèle avec l’époque nazie, « lorsque Hitler parlait de la Lügenpresse, la presse menteuse, pour discréditer le journalisme indépendant ».

    Sa cible réelle, toutefois, était Donald Trump, accusé d’user et d’abuser de l’expression fake news pour vilipender les médias qui le dérangent, au risque de servir d’alibi aux régimes autoritaires qui verrouillent l’information. « Quand un président américain attaque la presse indépendante, les despotes s’empressent de l’imiter », notait le journal, en évoquant une kyrielle de pays, de la Russie au Burundi, qui ont trouvé dans le spectre des fake news une justification très commode de leurs attaques contre les médias...

    Lire la suite

  • La participation au secours de la démocratie

    La démocratie n’est plus une évidence. Accablée de toutes les impuissances du monde, elle ne s’impose plus comme un système légitime et efficace. Boucs émissaires : les élus, en lesquels les électeurs ont de moins en moins confiance. C’est donc la démocratie représentative qui semble en crise. Et la démocratie participative qui semble l’issue.

    Réconciliera-t-on le citoyen avec la politique en l’y intégrant ? C’est le pari de celles et ceux qui multiplient les initiatives de participation...

    Lire la suite