Conflit israélo-palestinien: accord de cessez-le-feu à Gaza

Gaza
Gaza - Photo News

Un accord de cessez-le-feu est entré en vigueur à 05H30 locale (03H30 GMT) dans la bande de Gaza, ont indiqué à l’AFP une source égyptienne au fait de la médiation et un haut responsable du djihad islamique.

Cet « accord de cessez-le-feu intervient à la suite des efforts de l’Égypte » et a reçu l’aval « des factions palestiniennes incluant le Djihad islamique », a indiqué ce haut responsable égyptien.

Selon ce responsable, l’accord stipule que les factions palestiniennes doivent aussi s’assurer d’un retour au calme à Gaza et de « maintenir la paix » lors de manifestations. De son côté Israël, doit aussi arrêter les hostilités et « s’assurer d’un cessez-le-feu » lors des manifestations de Palestiniens.

Une source au sein du Djihad islamique a confirmé l’accord à l’AFP. Un responsable militaire israélien avait indiqué mercredi soir que l’armée israélienne allait mettre fin à son opération à Gaza si le Djihad islamique cessait de son côté les tirs de roquettes vers Israël.

Six membres d’une même famille tués

Plus tôt, six membres d’une même famille palestinienne ont été tués dans une frappe israélienne visant des éléments du Djihad islamique dans la bande de Gaza, selon le ministère local de la Santé.

Ces nouveaux décès portent à 32 le nombre de morts à Gaza dans des frappes israéliennes visant depuis mardi non pas le Hamas, mais un autre groupe islamiste armé local, le Djihad Islamique, selon le dernier bilan de ce ministère.

L’armée israélienne accuse notamment le Djihad islamique d’utiliser des boucliers humains pour se protéger de frappes et dit utiliser des techniques de pointe pour minimiser les pertes chez la population civile.

Cette séquence est la plus meurtrière depuis des heurts entre soldats israéliens et Palestiniens ayant fait environ une soixantaine de morts le 14 mai 2018 à Gaza, jour de l’inauguration à Jérusalem de l’ambassade américaine. Cette décision avait entériné la reconnaissance par les États-Unis de cette ville contestée comme capitale d’Israël.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. © Belga.

    Comment concrètement reconnaître Delphine? Nouveau désaccord…

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite