DJ, fanfare et drapeaux: l’Union belge prévoit des animations pour le match des Diables rouges contre Chypre

©Photonews
©Photonews

L’Union belge de football a prévu des animations et organise le tri des déchets lors de la dernière rencontre de qualifications pour l’Euro 2020 que la Belgique dispute face à Chypre le 19 novembre au stade Roi Baudouin. Ainsi, comme nous vous l’annoncions mercredi, la chanteuse Gala sera présente pour interpréter son tube « Freed from Desire », diffusé lors de chaque but des Diables rouges à domicile.

L’Union belge a aussi confectionné 34.000 drapeaux à l’effigie cette fois de Thomas Meunier et Michy Batshuayi qui seront distribués aux supporters. DJ Maarten & Dorothe de Qmusic, notamment, animeront la mi-temps et une fanfare de Charleroi fera le tour du stade.

Une équipe de 120 personnes veillera en outre à un meilleur tri des déchets dans et autour du stade. Une opération avait déjà été menée en ce sens lors de la venue de Saint-Marin le 10 octobre dernier. En collaboration avec l’entreprise de collecte et de recyclage des déchets Fost Plus et l’entreprise de traitement des déchets Suez, 2,5 tonnes de déchets au total – 1.380 kilos dans le stade, 780 kilos dans les poubelles à l’extérieur et 470 kilos de gros déchets jetés par terre – avaient été récoltés.

Cette fois, les organisateurs veulent améliorer encore la collecte en sensibilisant les supporters à jeter leurs déchets dans la bonne poubelle. Avec les partenaires de l’Union belge, « Coca-Cola se concentrera sur les bouteilles en PET, tandis qu’AB Inbev se concentrera sur toutes les canettes autour du stade. À l’aide d’un grand conteneur, AB Inbev montrera combien de canettes sont collectées autour du stade lors d’un match à domicile des Diables Rouges », expliqué le communiqué transmis jeudi.

Hedeli Sassi, coordinateur des projets sociaux auprès de l’Union belge, a rappelé que 7.000 cannettes et 1.750 bouteilles en PET avaient été récoltées contre Saint-Marin, « mais toutes n’ont pas atterri dans la bonne poubelle. C’est pourquoi nous avons décidé de mener une campagne auprès des supporters. »

Déjà qualifiée pour l’Euro 2020, la Belgique se rend en Russie, samedi, à Saint-Petersbourg où un partage lui assurerait la première place du groupe. Les Diables rouges ont pour objectif de totaliser le maximum de points pour assurer leur statut de tête de série pour le tirage au sort à Bucarest le 30 novembre.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10838727-107

    La Une choquante du Corriere dello Sport sur Lukaku: gratuit et attiseur de haine

  2. B9721767720Z.1_20191130001105_000+G4NF11L67.2-0

    Philippe Close sur le chaos à Bruxelles: «Du monde dans le centre-ville? Une bonne nouvelle!»

  3. Le fantasme des apôtres de la sécurité publique
: plus on pourra scanner les foules et identifier des suspects, plus la criminalité reculera. Encore faudrait-il que le système soit performant.

    Grand format – Le délit de sale gueule de la reconnaissance faciale

La chronique
  • L’éclipse du soft power américain

    Samedi dernier, le New York Times a répondu sèchement au gouvernement chinois, qui avait traité de fake news les informations que le journal avait publiées sur la persécution des minorités musulmanes dans le Xinjiang, alors que ces révélations, accablantes, étaient fondées sur des documents internes du régime. Habituellement très pondéré, l’éditorialiste n’a pas hésité à faire le parallèle avec l’époque nazie, « lorsque Hitler parlait de la Lügenpresse, la presse menteuse, pour discréditer le journalisme indépendant ».

    Sa cible réelle, toutefois, était Donald Trump, accusé d’user et d’abuser de l’expression fake news pour vilipender les médias qui le dérangent, au risque de servir d’alibi aux régimes autoritaires qui verrouillent l’information. « Quand un président américain attaque la presse indépendante, les despotes s’empressent de l’imiter », notait le journal, en évoquant une kyrielle de pays, de la Russie au Burundi, qui ont trouvé dans le spectre des fake news une justification très commode de leurs attaques contre les médias...

    Lire la suite

  • La participation au secours de la démocratie

    La démocratie n’est plus une évidence. Accablée de toutes les impuissances du monde, elle ne s’impose plus comme un système légitime et efficace. Boucs émissaires : les élus, en lesquels les électeurs ont de moins en moins confiance. C’est donc la démocratie représentative qui semble en crise. Et la démocratie participative qui semble l’issue.

    Réconciliera-t-on le citoyen avec la politique en l’y intégrant ? C’est le pari de celles et ceux qui multiplient les initiatives de participation...

    Lire la suite