Suite aux coupes budgétaires pour la culture, le parlement flamand s’empoigne

Jan Jambon
Jan Jambon - Photo News

L’atmosphère était particulièrement tendue jeudi matin au parlement flamand, où les partis de la majorité (N-VA, CD&V, Open VLD) se sont montrés divisés tandis que la tension montait entre manifestants et extrême droite.

Le ministre-président Jan Jambon (N-VA), en charge de la Culture, doit présenter en commission parlementaire les coupes budgétaires que son gouvernement entend imposer au secteur de la culture, alors que plusieurs centaines de personnes manifestaient devant le bâtiment.

Mais la séance a été interrompue. Les partis de la majorité étaient divisés sur l’opportunité de tenir un débat dans la foulée de la présentation du ministre-président, alors que ce débat n’est théoriquement programmé que dans quinze jours.

Vu la mobilisation du secteur culturel, Groen, le SP.A et le PTB pressaient la majorité de débattre dès ce jeudi, ou au moins d’autoriser une intervention par groupe politique. La N-VA s’accrochait à l’agenda convenu tandis que l’Open VLD plaidait la souplesse. Le CD&V semblait hésiter. C’est finalement la solution d’une intervention par groupe politique qui a été retenue.

Dans les couloirs du parlement, la tension était palpable. Une virulente confrontation verbale a eu lieu entre une délégation des manifestants et le député Vlaams Belang Filip Brusselmans.

M. Jambon a invité le secteur culturel à avancer lui-même une proposition d’économies. « Je veux débattre d’une meilleure répartition » des efforts, a-t-il affirmé.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous