Sans-abri à Bruxelles: la Région-capitale lance son plan hivernal sans oublier l’insertion durable

Sans-abri à Bruxelles: la Région-capitale lance son plan hivernal sans oublier l’insertion durable
Photo News

La Région bruxelloise activera à partir de ce vendredi son plan d’accueil et d’aide d’urgence hivernal des sans-abri de la capitale.

Déployé jusqu’au 30 avril prochain, le dispositif est coordonné par l’organisme bruxellois Brussels’help, pour la première fois depuis la réforme intervenue dans la foulée des travaux de la commission d’enquête sur la gestion du Samusocial.

Près de 3.200 places d’hébergement sont financées : aux près de 2.150 places ouvertes toute l’année via les maisons d’accueil, dans diverses ASBL et au Samusocial, s’ajoutent quelque 1.050 places (740 au NewSamusocial, 250 à la Croix Rouge et 45 via un accompagnement dans des logements publics temporairement inoccupés).

La Commission communautaire commune de Bruxelles injecte près de 6,3 millions d’euros dans ce dispositif spécifique aux mois les plus durs de l’année pour ceux qui n’ont pas de toit. Le fédéral y consacre, depuis quelques années, une subvention de 1,3 million d’euros.

>> En 10 ans, le nombre de sans-abris et personnes mal logées à plus que doublé à Bruxelles

« Une aide multiple et cohérente »

La coordination régionale intégrée permet désormais une complémentarité des interventions et « une aide multiple et cohérente pour répondre au mieux à la diversité des situations personnelles », selon le ministre en charge de l’Aide aux personnes, Alain Maron (Ecolo), qui présentait le dispositif aux côtés de responsables de plusieurs associations de terrain.

Elle améliore aussi l’articulation entre les dispositifs de nuit, fondés avant tout sur l’hébergement, et de jour, qui ouvrent la porte aux initiatives de réinsertion sociale visant le long terme.

Parmi les nouveautés, le plan 2019-2020 prévoit un renforcement du travail des douze services de jour et de leur complémentarité, et notamment une offre de siestes en journée aux SDF via L’ASBL Pierre d’angle ; une nouvelle permanence assurée par L’ASBL « Rolling douche » qui se déplace en divers endroits de la ville ; un renforcement du coaching au (re)logement durable ; et, de manière plus globale, un élargissement des plages horaires de l’accueil social de jour.

De manière plus structurelle, l’attention sera portée sur l’identification commune des besoins à travers un monitoring plus concerté afin d’adapter plus efficacement les interventions.

Le dispositif hivernal d’aide aux sans-abri est volontairement distinct de celui de l’hébergement temporaire des transmigrants organisé à la Porte d’Ulysse (400 places), avec l’appui financier de la Région bruxelloise.

D’après M. Maron, les discussions budgétaires doivent encore avoir lieu pour stabiliser le dispositif au cours des prochaines années. Le ministre a toutefois rappelé que l’accord de majorité prévoyait explicitement une croissance des moyens du social et de la santé.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chan Bao - nom d’emprunt -, infirmière à Wuhan, a dû être hospitalisée d’urgence
: «
Pour la première fois, j’ai pensé que je pourrais mourir
».

    A Wuhan, le coronavirus décime le personnel soignant: «Mon étage est rempli de mes collègues»

  2. Aucune destination européenne n’a été placée sous un avis négatif du SPF Affaires étrangères. Autrement dit, pas question en l’état d’obtenir l’annulation et le remboursement du voyage qui avait été préalablement réservé.

    Italie, Espagne, Chine...: puis-je annuler mon voyage à cause du coronavirus?

  3. L’église Saint-Henri, à Woluwe-Saint-Lambert, doit faire l’objet d’une rénovation lourde, dont coût six millions.

    La Région bruxelloise met les églises à la diète

La chronique
  • Le destin tourmenté d’un ministre de la Culture en Flandre

    Depuis des années, la chanson « Mia » de Gorki, groupe de rock flamand néerlandophone, formé à Gand en 1989, se trouve au sommet des tops 1000 en Flandre. La chanson décrit, selon certains, l’ambiance véritable de la Flandre profonde avec les mots : « De middenstand regeert het land, beter dan ooit tevoren, Mia heeft het licht gezien, ze zegt, niemand gaat verloren » (« La classe moyenne gouverne le pays, mieux que jamais, Mia a vu le jour, elle dit que personne ne perdra »). Le chanteur du groupe, Luc De Vos, est retrouvé mort en octobre 2014 dans son appartement de travail, à Gand où il résidait. Dès 2007, les prix de récompenses musicales en Flandre ont été rebaptisés MIA, Music Industry Awards, un clin d’œil au tube de Gorki. Et c’est pendant la cérémonie de ces MIA que Jan Jambon, le ministre-président de la Flandre, mais également ministre de la Culture,...

    Lire la suite

  • Brexit, Saison 2 ou le retour du spectre du «no deal»

    L’aurait-on oublié qu’il ne serait pas inutile de se rappeler que la saga du Brexit est loin d’être une affaire close. Si le Royaume-Uni n’est bel et bien plus membre de l’Union européenne depuis le 31 janvier à minuit, ce n’est pas la fin de l’histoire. Dès lundi prochain s’engagera une négociation autrement plus difficile que le règlement du divorce : la tentative de s’accorder sur les modalités de la future relation entre Londres et l’UE avec, au cœur, un accord commercial. Et le moins que l’on puisse écrire au moment où les deux...

    Lire la suite