Sans-abri à Bruxelles: la Région-capitale lance son plan hivernal sans oublier l’insertion durable

Sans-abri à Bruxelles: la Région-capitale lance son plan hivernal sans oublier l’insertion durable
Photo News

La Région bruxelloise activera à partir de ce vendredi son plan d’accueil et d’aide d’urgence hivernal des sans-abri de la capitale.

Déployé jusqu’au 30 avril prochain, le dispositif est coordonné par l’organisme bruxellois Brussels’help, pour la première fois depuis la réforme intervenue dans la foulée des travaux de la commission d’enquête sur la gestion du Samusocial.

Près de 3.200 places d’hébergement sont financées : aux près de 2.150 places ouvertes toute l’année via les maisons d’accueil, dans diverses ASBL et au Samusocial, s’ajoutent quelque 1.050 places (740 au NewSamusocial, 250 à la Croix Rouge et 45 via un accompagnement dans des logements publics temporairement inoccupés).

La Commission communautaire commune de Bruxelles injecte près de 6,3 millions d’euros dans ce dispositif spécifique aux mois les plus durs de l’année pour ceux qui n’ont pas de toit. Le fédéral y consacre, depuis quelques années, une subvention de 1,3 million d’euros.

>> En 10 ans, le nombre de sans-abris et personnes mal logées à plus que doublé à Bruxelles

« Une aide multiple et cohérente »

La coordination régionale intégrée permet désormais une complémentarité des interventions et « une aide multiple et cohérente pour répondre au mieux à la diversité des situations personnelles », selon le ministre en charge de l’Aide aux personnes, Alain Maron (Ecolo), qui présentait le dispositif aux côtés de responsables de plusieurs associations de terrain.

Elle améliore aussi l’articulation entre les dispositifs de nuit, fondés avant tout sur l’hébergement, et de jour, qui ouvrent la porte aux initiatives de réinsertion sociale visant le long terme.

Parmi les nouveautés, le plan 2019-2020 prévoit un renforcement du travail des douze services de jour et de leur complémentarité, et notamment une offre de siestes en journée aux SDF via L’ASBL Pierre d’angle ; une nouvelle permanence assurée par L’ASBL « Rolling douche » qui se déplace en divers endroits de la ville ; un renforcement du coaching au (re)logement durable ; et, de manière plus globale, un élargissement des plages horaires de l’accueil social de jour.

De manière plus structurelle, l’attention sera portée sur l’identification commune des besoins à travers un monitoring plus concerté afin d’adapter plus efficacement les interventions.

Le dispositif hivernal d’aide aux sans-abri est volontairement distinct de celui de l’hébergement temporaire des transmigrants organisé à la Porte d’Ulysse (400 places), avec l’appui financier de la Région bruxelloise.

D’après M. Maron, les discussions budgétaires doivent encore avoir lieu pour stabiliser le dispositif au cours des prochaines années. Le ministre a toutefois rappelé que l’accord de majorité prévoyait explicitement une croissance des moyens du social et de la santé.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20170315-3DKLLK 2019-12-05 20:14:59

    Nethys: la tutelle juge les indemnités illégales mais ne peut pas tout annuler

  2. RTR1SY1T

    «J’ai pris la fuite lors de la nuit de noces mais ma mère m’a ramenée à mon mari»

  3. GagnantsPerdants

    Joachim Coens, l’Ommegang et Paris: les gagnants et les perdants de la semaine

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Les «confédéralistes» ont leur modèle. Et les autres?

    Il y a quelques années, lorsque la N-VA sortait son séparatisme ou sa version cosmétique, le confédéralisme, la réplique fusait : « Et vous allez faire quoi de la dette ? Et vous allez faire quoi de Bruxelles ? » Avec zéro réponse, ce qui rassurait les opposants : les nationalistes avaient montré leurs dents, mais n’avaient pas de quoi mordre.

    Mais voilà, à la N-VA, on ne laisse aucun terrain stratégique en jachère. Dans ce parti, on sait que pour convaincre, il faut...

    Lire la suite