Thierry Henry est le nouvel entraîneur de l’Impact de Montréal

©Photonews
©Photonews

Thierry Henry tente une nouvelle expérience en tant qu’entraîneur principal. Après un passage à l’AS Monaco qui n’aura duré que quatre mois à la fin de l’année 2018, le Français va coacher l’équipe de l’Impact de Montréal.

Le club canadien, qui évolue en Major Soccer League, a annoncé la nouvelle sur ses réseaux sociaux ce jeudi. L’ancien T2 des Diables rouges a signé une entente de deux ans, assortie d’une option pour 2022.

« Nous sommes très heureux de l’arrivée de Thierry avec nous », a déclaré le nouveau directeur sportif de l’Impact (depuis fin septembre) et ancien gardien du Standard, Olivier Renard. « Jeune et dynamique, il connaît très bien la MLS et répond aux critères que nous avions établis. Cette nomination, deux mois avant la reprise en janvier, nous permettra d’avoir le temps de construire l’équipe avec celui qui la pilotera ».

« C’est un honneur de devenir entraîneur-chef de l’Impact de Montréal et de revenir en MLS », a déclaré de son côté Thierry Henry, détenteur d’une licence d’entraîneur UEFA Pro. « C’est une ligue que je connais bien où j’ai passé de très bons moments. Être au Québec, à Montréal, qui a un énorme héritage multiculturel, c’est quelque chose d’extraordinaire. J’ai toujours eu un œil sur ce club et maintenant j’y suis ».

Thierry Henry avait en effet joué en MLS durant quatre ans et demi, au New York Red Bulls. Il sera présenté lundi à la presse canadienne et succède à un autre Français Remi Garde, remercié en août.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Les derniers vrais grands accords en Belgique datent de la fin des années nonante. Depuis, ce pays est complètement paralysé.
» © Dominique Duchesnes.

    Hendrik Vuye: «Vous avez eu Leterme, puis De Wever, demain vous aurez Van Grieken…»

  2. MELANIE DEBIASIO ©DOMINIQUE DUCHESNES

    Les Racines élémentaires de Melanie De Biasio: «J’ai perdu ma voix, j’ai vécu le pire, ça m’a rendu forte»

  3. Cette Congolaise de 36 ans, Kavugho Mbafumoja, ici à l’hôpital général de Beni ce 3 décembre, a survécu à une attaque d’un groupe armé.

    L’est du Congo, nouvelle cible du combat djihadiste

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite