Pairi Daiza: les bébés pandas ont reçu leur prénom

Les pandas ont bien grandi 
!
Les pandas ont bien grandi ! - D.R.

C’est dans la plus pure tradition chinoise que les bébés pandas de Pairi Daiza, un mâle et une femelle nés le 8 août dernier, ont été nommés ce jeudi.

Ils s’appellent Bao Di et Bao Mei. Surnommés jusque-là « Baby boy » « Baby girl », les jumeaux qui pesaient 150 grammes chacun à la naissance ont bien grandi puisqu’ils affichent aujourd’hui 5 kilogrammes à la pesée ! Ils ont aussi passé le délicat cap des 100 premiers jours de vie, une période cruciale pour les bébés pandas géants qui sont très fragiles et frêles à leur naissance.

Les jumeaux ont donc chacun reçu leur nom qui a été choisi par le public et les visiteurs de Pairi Daiza sur base d’une liste proposée par l’équipe du parc et les soigneurs chinois qui veillent sur les bébés depuis leur naissance. Ceux-ci se sont relayés 24h/24 et 7jours/7 pour aider la maman panda, Hao Hao, à nourrir les petits qui demandent énormément d’attention. Dans la nature, la survie des jumeaux est très difficile et l’un des deux bébés meurt le plus souvent. Une attention toute particulière a donc été portée aux bébés durant ces 100 premiers jours. Outre la nourriture, les soigneurs ont veillé à la santé de la maman et à ce que celle-ci passe le plus de temps possible avec chacun de ses deux bébés.

Avec les jumeaux, Pairi Daiza accueille donc cinq pandas, un record en dehors de la Chine. Une fierté que le parc partagera plus que probablement avec ses visiteurs lors de la toute première saison hivernale du parc animalier qui ouvrira ses portes du 14 décembre au 5 janvier 2020.

Sur le même sujet
BébéChine
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©News

    Anderlecht: lettre aux aveugles selon l’évangile de Saint-Vincent

  2. d-20181122-3PU9H0 2018-11-22 20:26:06

    Benoît Lutgen: «Les commémorations, ça rappelle ce qui s’est passé dans les années 30, et ce qui se passe aujourd’hui»

  3. Les arrestations ne sont pas indicatrices du nombre de migrants en transit
: certains migrants ont pu être interpellés dix fois sur l’année, d’autres jamais.

    Le nombre d’arrestation de migrants en transit en hausse de 37% en 2018

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Allez, allez, une seule issue à la crise fédérale: oser le schwung!

    On ne peut pas dire que les planètes sont bien alignées pour la petite Belgique. Cela fait un an que nous sommes sans gouvernement, six mois qu’on a voté, avec deux nouveaux informateurs qui tentent de trouver une sortie de crise – le Graal, on n’y croit plus – et le sondage que nous publiions ce week-end donnait pour la première fois de notre histoire une domination des partis nationalistes séparatistes dans le groupe linguistique néerlandophone qui pèse désormais près du tiers du Parlement fédéral.

    ...

    Lire la suite