Bruxelles-Ixelles: le nombre d’agressions de policiers a quadruplé en quatre ans

Bruxelles-Ixelles: le nombre d’agressions de policiers a quadruplé en quatre ans
Mathieu Golinvaux

Le nombre de faits de violence à l’égard de policiers de la zone de Bruxelles-Ixelles a quadruplé en quatre ans, ressort-il d’une réponse fournie par cette zone à la conseillère communale et de police, Bianca Debaets (CD&V).

En 2016, cent procès-verbaux (PV) de faits de ce type avaient été dressés. Pour l’année en cours, on en a déjà dénombré 392, alors que l’année n’est pas terminée. La progression de leur nombre est constante depuis 2016 : on en avait dénombré 206 en 2017 et 320 en 2018.

Le nombre de sanctions lui aussi progressé en parallèle. On a ainsi dénombré 41 amendes en 2016, et, jusqu’à présent, 187 pour 2019 ; 13 arrestations en 2016 et 24 en 2019. On assiste à une évolution en sens inverse du nombre de classements sans suite des PV : 46 en 2016 ; 93 en 2017 ; 82 en 2018, et jusqu’à, présent 15 en 2019, indiquent les chiffres transmis par la zone de police.

À noter que pour 2019, 104 PV sont encore en cours de traitement et 60 font l’objet d’une médiation.

Coups, acte de rebellion, diffamation…

En ce qui concerne la nature des faits, la zone de police constate toutefois une baisse de 19 % des faits de rebellion entre 2016 et 2019, de 33 % de ceux de coups à l’égard d’agents, de 32 % pour ceux relatif à de la diffamation et de 42 % pour la provocation. Mais depuis l’an dernier, on observe une recrudescence des faits de rebellion. Le nombre de faits de coups à l’égard d’agents est ainsi passé de 131 en 2018 à, déjà, 151 en 2019.

Durant la seule période de vacances du 1er août au 8 septembre derniers, les agents de la zone de police ont été victimes de 35 faits de violence ayant entraîné 96 jours d’incapacité de travail.

« Ces chiffres sont à tout le moins très préoccupants », estime Bianca Debaets pour qui des mesures strictes doivent être prises et les contrevenants poursuivis.

De la réponse à Bianca Debaets, il ressort enfin que la zone de police Bruxelles-Ixelles lancera un projet pilote d’équipement d’agents à l’aide de ’body cams’ avant la fin de l’année. S’il est évalué positivement, le projet pourra être étendu en 2020, une perspective que la conseillère accueille avec enthousiasme, en regard des expériences positives déjà vécues à l’étranger en la matière.

Sur le même sujet
Arrestation
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Aux éditions Weyrich, Hugues Wenkin et Christian Dujardin réexpliquent l’importance du front nord dans l’issue de la bataille des Ardennes. © Dominique Duchesnes.

    75 ans de la bataille des Ardennes: pourquoi ce fut aussi la bataille des ponts

  2. Les avocats d’Albert II, Me Alain Berenboom et Me Guy Hiernaux

    L’avocat d’Albert II sort du silence: «Il n’a jamais considéré Delphine comme sa fille»

  3. Les racines de Pierre Wynants sont place Rouppe, où la prodigieuse cave compte pas moins de 25.000 bouteilles. Son petit-fils Loïc y travaille en salle et comme sommelier.

    Les racines élémentaires de Pierre Wynants: «J’ai été viré de l’école, ça a été ma chance»

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Le roi, l’enfant et la justice

    A l’entame de la procédure, lorsqu’en 2013 Delphine Boël saisit les tribunaux pour contester la paternité de Jacques Boël et se faire reconnaître fille d’Albert II, d’aucuns se sont interrogés sur l’indépendance de la Justice dans pareil contexte : un ex-Roi traîné devant les juges pour se voir contraint de reconnaître l’existence d’une fille naturelle présumée. Lesdits juges oseraient-ils tenir tête à ce roi venant d’abdiquer, le forcer à réaliser un test...

    Lire la suite