Nacer Chadli: «Le regard à mon sujet chez les Diables rouges a peut-être changé après mon but face au Japon» (vidéo)

Les Diables rouges ont commencé leur préparation pour leurs deux derniers matches de l’année. Les hommes de Roberto Martinez iront d’abord à Saint-Pétersbourg pour défier la Russie ce samedi avant de clôturer 2019 avec un duel face à Chypre à Bruxelles mardi.

En marge de ce dernier rassemblement de l’équipe national belge, plusieurs joueurs sont, comme d’habitude, appelés à se présenter devant la presse. Ce jeudi, Nacer Chadli a notamment répondu aux questions des journalistes.

Morceaux choisis de la conférence de presse de Nacer Chadli

– « Ma préparation avait été un peu compliquée à Monaco. Anderlecht était toutefois intéressé par mes services. Après avoir signé au Sporting, j’ai toujours essayé d’y faire de mon mieux ».

– « Il était important de reprendre du plaisir sur le terrain et d’engranger du temps de jeu. Raison pour laquelle j’ai débarqué à Anderlecht ».

– « J’ai essayé de m’adapter au plus vite car je n’avais jamais joué en Belgique auparavant en équipe fanion. Et j’ai su me rentre utile. Assez vite, même si je n’étais pas à 100 % en début de saison ».

– « Pour la saison prochaine, je ne sais pas encore quel sera mon avenir. Il n’y a pas encore d’accord en vue avec le RSCA. On fera le point à la fin de cette saison avec le Sporting et Monaco. Je ne suis pas catégorique. Je laisse toutes les portes ouvertes. Pour l’instant, je m’amuse bien sur le terrain ».

– « Tout va bien physiquement. Auparavant, j’avais une petite blessure. Mais il n’y a plus le moindre problème à ce sujet ».

– « On a proposé du beau jeu à la Coupe du monde. Finir 3e était dommage. On espérait mieux ».

– « Je connais le groupe chez les Diables, le staff technique me connaît bien aussi. Mais le regard à mon sujet a peut-être changé suite à mon but face au Japon ».

– « Mes amis le rediffusent parfois pour rire avec moi. Mais le regarder à nouveau ne change rien pour moi ».

– « La Russie, c’est important car c’est pour la première place. L’esprit sera donc identique : on va jouer pour gagner ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Paul Magnette touche au terme de sa mission
: l’informateur royal est attendu lundi au Palais. © Photo News.

    Négociations fédérales: les anti-arc-en-ciel se déchaînent

  2. PHOTONEWS_10838727-107

    La Une choquante du Corriere dello Sport sur Lukaku: gratuit et attiseur de haine

  3. B9721767720Z.1_20191130001105_000+G4NF11L67.2-0

    Philippe Close sur le chaos à Bruxelles: «Du monde dans le centre-ville? Une bonne nouvelle!»

La chronique
  • L’éclipse du soft power américain

    Samedi dernier, le New York Times a répondu sèchement au gouvernement chinois, qui avait traité de fake news les informations que le journal avait publiées sur la persécution des minorités musulmanes dans le Xinjiang, alors que ces révélations, accablantes, étaient fondées sur des documents internes du régime. Habituellement très pondéré, l’éditorialiste n’a pas hésité à faire le parallèle avec l’époque nazie, « lorsque Hitler parlait de la Lügenpresse, la presse menteuse, pour discréditer le journalisme indépendant ».

    Sa cible réelle, toutefois, était Donald Trump, accusé d’user et d’abuser de l’expression fake news pour vilipender les médias qui le dérangent, au risque de servir d’alibi aux régimes autoritaires qui verrouillent l’information. « Quand un président américain attaque la presse indépendante, les despotes s’empressent de l’imiter », notait le journal, en évoquant une kyrielle de pays, de la Russie au Burundi, qui ont trouvé dans le spectre des fake news une justification très commode de leurs attaques contre les médias...

    Lire la suite

  • La participation au secours de la démocratie

    La démocratie n’est plus une évidence. Accablée de toutes les impuissances du monde, elle ne s’impose plus comme un système légitime et efficace. Boucs émissaires : les élus, en lesquels les électeurs ont de moins en moins confiance. C’est donc la démocratie représentative qui semble en crise. Et la démocratie participative qui semble l’issue.

    Réconciliera-t-on le citoyen avec la politique en l’y intégrant ? C’est le pari de celles et ceux qui multiplient les initiatives de participation...

    Lire la suite