Maggie De Block et Sophie Wilmès condamnent l’incendie criminel d’un centre d’asile à Bilzen

L’incendie d’origine criminelle s’est déclaré dimanche soir.
L’incendie d’origine criminelle s’est déclaré dimanche soir. - PhotoNews

La ministre en charge de l’Asile et la Migration, Maggie De Block (Open VLD), mais aussi la Première ministre Sophie Wilmès (MR), ont condamné jeudi l’incendie criminel d’un bâtiment destiné à accueillir des demandeurs d’asile à Bilzen, dans le Limbourg.

Incendie criminel d’un futur centre d’accueil Fedasil à Bilzen: «Surprise, tristesse et colère»

Interrogée par une dizaine de députés en plénière de la Chambre, Mme De Block a affirmé que les faits étaient inacceptables, tout en déplorant que certains encouragent sur les réseaux sociaux de tels agissements.

« À certains moments, nous devons oser dire : jusqu’ici et pas plus loin ! Une limite a été franchie », a lancé la libérale flamande, appelant tous les partis à se distancer « sans condition d’une telle violence en paroles, mais aussi en actes ».

Critiquée par la N-VA et le Vlaams Belang quant à un éventuel manque d’informations fournies aux riverains sur le futur centre, Mme De Block a balayé ces accusations. À ce propos, elle a assuré que tout avait été réalisé en concertation avec les autorités locales, mais aussi qu’une séance d’information pour les riverains était prévue.

« Des solutions miracles impossibles à mettre en œuvre »

Par la suite, la ministre est revenue plus largement sur la politique de l’accueil en Belgique. Au passage, elle en a profité pour fustiger ceux qui « prétendent qu’il existe des solutions miracles en défendant un arrêt de la migration ou encore des mesures illégales et impossibles à mettre en œuvre ». D’après elle, « ceux-là ne font qu’aggraver les préoccupations des citoyens, tout en faisant grandir leur défiance à l’égard de l’Etat de droit ».

Présente à la Chambre, la Première ministre Wilmès est aussi intervenue jeudi pour condamner les faits survenus à Bilzen. « Nos valeurs doivent continuer à nous guider. Des incompréhensions ne peuvent jamais conduire à la violence », a-t-elle affirmé.

S’il a remercié Mme De Block et Wilmès pour les condamnations qu’elles ont exprimées, le député François De Smet (Défi) les a appelées à aller plus loin en déposant, au nom du gouvernement, une plainte contre X et en se constituant partie civile dans ce dossier, mais aussi en relançant des négociations en vue de l’élaboration d’un plan interfédéral de lutte contre le racisme.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Les derniers vrais grands accords en Belgique datent de la fin des années nonante. Depuis, ce pays est complètement paralysé.
» © Dominique Duchesnes.

    Hendrik Vuye: «Vous avez eu Leterme, puis De Wever, demain vous aurez Van Grieken…»

  2. MELANIE DEBIASIO ©DOMINIQUE DUCHESNES

    Les Racines élémentaires de Melanie De Biasio: «J’ai perdu ma voix, j’ai vécu le pire, ça m’a rendu forte»

  3. Cette Congolaise de 36 ans, Kavugho Mbafumoja, ici à l’hôpital général de Beni ce 3 décembre, a survécu à une attaque d’un groupe armé.

    L’est du Congo, nouvelle cible du combat djihadiste

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite