Les eurodéputés valident la candidature de Thierry Breton à la Commission européenne

Les eurodéputés valident la candidature de Thierry Breton à la Commission européenne
Reuters

Les eurodéputés ont donné jeudi leur feu vert au Français Thierry Breton pour qu’il devienne commissaire européen au marché unique et au numérique, malgré les risques de conflits d’intérêts soulevés par certains groupes politiques. Cette approbation intervient après l’échec essuyé par la France avec la candidature de Sylvie Goulard.

Le choix de l’ancien PDG d’Atos a été approuvé par le PPE (droite), les libéraux de Renew, le groupe Socialiste et démocrates et les conservateurs d’ECR. La gauche radicale, les écologistes et l’extrême droite, minoritaires, avaient eux demandé que des clarifications supplémentaires lui soient réclamées par écrit.

« J’ai hâte de me mettre au travail pour mettre en oeuvre la vision que j’ai développée devant le Parlement européen », a réagi M. Breton auprès de l’AFP. La présidence française a salué « une très bonne nouvelle ».

Lors de son audition, celui qui deviendra le premier grand patron de l’histoire de l’UE commissaire européen, s’est efforcé d’apaiser les craintes des eurodéputés.

Face aux risques de conflits d’intérêts, « il n’y a qu’une seule solution, être radical. Je dis bien radical », a promis l’ancien ministre de l’Economie (2005-2007), dont le large portefeuille économique comprend plusieurs secteurs directement en lien avec son ancienne entreprise. M. Breton a dit son intention de se récuser sur les sujets qui concerneraient directement Atos, par exemple « des contrats » qui seraient passés avec l’UE.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous