Dedryck Boyata avec une attelle chez les Diables rouges: «Je me suis cassé le petit doigt, mais ce n’est pas handicapant» (vidéo)

@News
@News

Contraint de revoir sa défense à la suite des blessures de Jan Vertonghen et de Thomas Meunier, Roberto Martinez a convoqué logiquement Dedryck Boyata et, de manière un peu plus surprenante, Elias Cobbaut. Après l’Anderlechtois mercredi, c’est le joueur du Herta Berlin qui s’est présenté ce jeudi en conférence de presse.

Morceaux choisis de la conférence de presse de Dedryck Boyata

– « Je me suis cassé le petit doigt. J’ai une attelle depuis deux semaines. Mais ce n’est pas handicapant ».

– « Mon statut en sélection n’a pas changé même si j’y ai joué plus de matches ces dernières années ».

– « Je n’ai jamais eu de discussions par rapport à mon rôle ou ma position dans le groupe avec Roberto Matinez ».

– « Il y a un respect mutuel entre les joueurs ».

– « Avant le Kazakhstan et Saint-Marin, le coach nous avait prévenus de l’importance de terminer à la première place de notre groupe ».

– « Ce match en Russie, c’est comme une finale ».

– « Je n’ai ni le statut ni le caractère de leader de l’équipe. Surtout qu’il y a des joueurs plus expérimentés dans le groupe. Et ce, même s’il y a des absents comme Thomas Meunier et Jan Vertonghen ».

– « Je ne connaissais pas Cobbaut avant de rejoindre les Diables. Je n’ai pas encore eu l’occasion de parler avec lui ».

– « Notre expérience doit nous permettre de ne pas rééditer la performance réalisée en Suisse ce samedi en Russie ».

– « Je n’ai joué qu’un seul match de qualifications. Ce serait fou de dire que ma place à l’Euro est assurée ».

– « Je ne dois toutefois pas me mettre de pression supplémentaire. Car l’objectif est collectif, à savoir la première place ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20150129-37L6LD 2015-01-29 10:05:39

    Banque: un accès au cash toujours plus complexe

  2. Joachim Coens et Georges-Louis Bouchez.

    Bouchez-Coens: deux novices pour sortir de la crise politique

  3. Pour les sénateurs démocrates comme Elizabeth Warren, il faut que la procédure s’achève vite pour leur permettre de faire leur campagne pour les primaires de leur parti.

    Chefs d’accusation contre Trump: pourquoi les démocrates sont pressés d’en finir

La chronique
  • Vincent de Coorebyter: «La grande misère du choix électoral»

    Le point qui a le plus surpris dans l’interview que Marc Uyttendaele et moi-même avons donnée au Soir le 23 novembre est apparemment la perspective d’organiser un référendum sur le cadre institutionnel de la Belgique.

    De fait, il y avait de quoi être surpris. Je ne suis pas un partisan déclaré du référendum, et je me rappelle fort bien Marc Uyttendaele, en 1993, s’opposant farouchement, comme Xavier Mabille, à l’idée de demander au peuple de se prononcer sur le cadre fédéral dans lequel basculait officiellement la Belgique à l’époque.

    Je ne veux pas revenir, ici, sur le référendum en tant que tel, qui est à mes yeux un procédé de la dernière chance en...

    Lire la suite

  • Le grand fossé de l’impeachment, dans l’Amérique de Trump

    Montez ! Sautez dans le traîneau des esprits de Noël, et laissez-vous mener par-delà les villes et les champs, pour entrer dans les chaumières et prendre le pouls des foyers américains ! Cette radioscopie à la Dickens, dont rêvent tous les sondeurs depuis l’élection surprise de Donald Trump en 2016, ne vous réjouirait guère : jamais depuis la guerre de Sécession (1861-1865), nos cousins n’ont été plus divisés, ne se sont ainsi entre-déchirés, au point de reconsidérer, de plus en plus fréquemment, leur participation au sacro-...

    Lire la suite