Nouveau coup dur pour Marc Wilmots: l’Iran perd encore en phase de qualification pour le Mondial 2022

@Reuters
@Reuters

L’Iran, entraîné par Marc Wilmots, s’est incliné 2-1 face à l’Irak, dans son quatrième match du deuxième tour de qualification au Mondial 2022, jeudi, à Amman (Jordanie).

Ali Mohanad a donné l’avantage aux Irakiens en début de rencontre (11e). Ahmad Nourollahi a répliqué peu après (25e). Les troupes de Wilmots ont été réduites à dix après l’exclusion (double jaune) de Masoud Shojaei (81e). Alaa Abbas Abdulnabi a offert la victoire à l’Irak en toute fin de match (90e+2).

Wilmots a aligné plusieurs joueurs du championnat belge : Omid Ebrahimi (Eupen) a joué tout le match. Milad Mohammadi (La Gantoise) a été remplacé par Mohammad Naderi (Courtrai) à la 53e tandis que Kaveh Rezaei (Charleroi) est monté au jeu à la 90e minute. Ali Gholizadeh (Charleroi) est resté sur le banc toute la rencontre.

Le match s’est déroulé à Amman, en Jordanie, car la Fédération internationale de football (FIFA) et la Confédération asiatique de football (AFC) ont imposé à l’Irak de jouer ses deux prochaines rencontres sur terrain neutre en raison de la situation sécuritaire incertaine dans le pays.

Avec cette deuxième défaite consécutive, l’Iran, 6 points, reste bloqué à la troisième place du groupe C, derrière l’Irak (10) et le Bahrein (8). Le groupe est complété par Hong Kong (2) et le Cambodge (1).

Les huit vainqueurs des groupes et les quatre meilleurs deuxièmes se qualifient pour le troisième tour des qualifications asiatiques.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. delalb

    Le roi Albert II reconnaît être le père de Delphine Boël, quel nom portera-t-elle?

  2. POLITICS PARTY MEETING PS

    Coalition fédérale: le PS dévoile les propositions «imbuvables» de la N-VA

  3. Le Dow Jones et le Nasdaq abandonnaient respectivement 1,5 et 1,9
% dès l’ouverture de la séance à Wall Street, face à l’incertitude causée par le coronavirus.

    Coronavirus: les marchés frissonnent à l’idée que la croissance chinoise se grippe

La chronique
  • Brux-ils Brux-elles : une priorité, la lutte contre les discriminations

    En filigrane de l’affaire Kir ne pouvait-on lire un peu de communautarisme ? Et faire le procès de l’un n’équivalait-il pas à ouvrir celui de l’autre ? La question s’est posée lors de chacune des (nombreuses) discussions avec des élus, socialistes mais pas que, des experts, de la communauté turque mais pas que… Avec, à plusieurs reprises, cette réponse, cinglée : « c’est le procès de la diversité que vous faites, et ça, c’est hors de question ». Non, il n’était, évidemment pas question de faire le procès de la diversité. C’est donc que le terme était mal choisi…

    Apparu dans la langue française au cours des années nonante, le mot « communautarisme » se hisse régulièrement dans les statistiques hautes d’occurrence sur le web et fait l’objet de nombreuses recherches académiques. Fabrice Dhume, sociologue, chercheur à Paris Diderot, s’est livré à une véritable enquête sur ce qu’il qualifie « de...

    Lire la suite

  • La leçon des «Sardines»: le populisme n’est pas une fatalité

    On dit souvent que l’Italie constitue le laboratoire politique de l’Europe. Et en Italie, Bologne apparaît comme le laboratoire du laboratoire. C’est dans la capitale émilienne, en effet, que le Parti communiste avait pris, à l’époque, ses distances avec Moscou. C’est là aussi que Romano Prodi avait inventé « l’Olivier », l’union de la gauche copiée un peu partout sur le continent. C’est là, encore, sur la place centrale, que Beppe Grillo avait lancé...

    Lire la suite