Accueil Culture Cinéma

Comment l’extrême droite s’est emparée du Joker

Le film, qui suit la descente aux enfers d’Arthur Fleck, inspire l’extrême droite, des États-Unis au Royaume-Uni. En ligne, les sympathisants matraquent, depuis la sortie du film, les mêmes éléments de langage pour infuser leurs idées auprès des plus jeunes.

Article réservé aux abonnés
Cheffe adjointe au service Monde Temps de lecture: 4 min

Donald Trump le visage barré d’un grand sourire malade. Boris Johnson le teint blafard et le cheveu vert. Jair Bolsonaro, le bout du nez rouge, les yeux cernés. Et en filigrane, le même homme. Ou plutôt le même personnage : le Joker. D’Instagram à Twitter, des rues de Londres à celles de Beyrouth en passant par les forums plus confidentiels : depuis l’annonce de la sortie du film que lui consacre Todd Phillips, la figure du Joker est partout. Et n’a pas échappé à l’extrême droite qui se la réapproprie, des États-Unis au Royaume-Uni.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cinéma

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs