Accueil Monde Afrique

RD Congo: une «Chaire Mukwege» inaugurée à Liège

Cette chaire multidimensionnelle, d’un genre nouveau, abordera sous tous leurs aspects les conséquences des viols utilisés comme « armes de destruction massive ».

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 4 min

Face au viol, qu’il soit utilisé comme arme de guerre ou qu’il résulte de l’effondrement des barrières morales, la riposte s’organise. Dans son hôpital de Panzi au Sud-Kivu, le docteur Mukwege, confronté depuis des années à la violence physique, à ses conséquences psychologiques, à la stigmatisation des victimes souvent rejetées par leur famille, à leur détresse matérielle et à l’impunité des coupables a tenté, progressivement, de répondre aux besoins multiples suscités par le fléau.

C’est ainsi qu’au-delà des soins médicaux et de la reconstruction physique des femmes détruites, l’hôpital de Panzi met désormais à la disposition des victimes une cellule de conseil juridique et un centre de réhabilitation, la maison Dorcas ou la Cité de la Joie. Là, les femmes acquièrent des compétences professionnelles qui leur permettent de contracter un petit crédit afin de se lancer dans une activité rémunératrice et de retrouver leur autonomie.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Afrique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs