Procédure de destitution: la chef des démocrates, Nancy Pelosi, accuse Donald Trump de «corruption»

Procédure de destitution: la chef des démocrates, Nancy Pelosi, accuse Donald Trump de «corruption»
EPA

La chef des démocrates au Congrès américain, Nancy Pelosi, a pour la première fois utilisé jeudi le terme de « corruption » pour désigner les soupçons pesant sur le président américain, visé par une enquête en destitution dans l’affaire ukrainienne.

S’exprimant au lendemain des auditions télévisées de hauts diplomates organisées dans le cadre de cette enquête explosive, Mme Pelosi n’a pas choisi ses mots au hasard : la « corruption » est l’un des chefs d’accusation cités par la Constitution américaine pour justifier une destitution.

« Les témoignages accablants ont corroboré les preuves de corruption mises au jour par l’enquête », a déclaré la présidente démocrate de la Chambre des représentants, lors d’une conférence de presse.

Elle a ajouté que les faits exposés la veille faisaient apparaître comme « presque petits » ceux reprochés au président républicain Richard Nixon, lui aussi visé par une enquête en destitution en 1974.

Les démocrates soupçonnent Donald Trump d’avoir abusé de ses pouvoirs présidentiels en demandant au président ukrainien Volodymyr Zelensky d’enquêter sur Joe Biden, bien placé pour l’affronter lors de la présidentielle américaine 2020. Ils tentent de démontrer qu’il a en plus, pour l’obtenir, fait pression sur Kiev en gelant une importante aide militaire destinée à l’Ukraine.

Vers une destitution ?

Pour Nancy Pelosi, la corruption consiste à « accorder ou suspendre une aide militaire en échange d’une déclaration publique concernant une fausse enquête sur les élections », ce qui représentait « une tentative évidente de la part du président de se donner l’avantage pour l’élection de 2020 ».

Donald Trump affirme que sa conversation avec son homologue ukrainien était parfaite. Un argument repris par une grande majorité de parlementaires républicains qui font bloc derrière lui.

Avec une dizaine d’auditions publiques prévues d’ici le 20 novembre, les démocrates signalent qu’ils ne veulent pas perdre de temps dans l’enquête, avant un possible vote sur la mise en accusation, l’« impeachment » en anglais, du président à la Chambre. « Nous n’avons pas encore décidé que nous allons mettre (le président) en accusation », a précisé Mme Pelosi jeudi. « C’est ce à quoi sert cette enquête ».

Compte tenu de la majorité républicaine au Sénat, il est peu probable que Donald Trump soit ensuite destitué, car la chambre haute, qui serait chargée de le juger, aurait le dernier mot.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©News

    Anderlecht: lettre aux aveugles selon l’évangile de Saint-Vincent

  2. d-20181122-3PU9H0 2018-11-22 20:26:06

    Benoît Lutgen: «Les commémorations, ça rappelle ce qui s’est passé dans les années 30, et ce qui se passe aujourd’hui»

  3. Les arrestations ne sont pas indicatrices du nombre de migrants en transit
: certains migrants ont pu être interpellés dix fois sur l’année, d’autres jamais.

    Le nombre d’arrestation de migrants en transit en hausse de 37% en 2018

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Allez, allez, une seule issue à la crise fédérale: oser le schwung!

    On ne peut pas dire que les planètes sont bien alignées pour la petite Belgique. Cela fait un an que nous sommes sans gouvernement, six mois qu’on a voté, avec deux nouveaux informateurs qui tentent de trouver une sortie de crise – le Graal, on n’y croit plus – et le sondage que nous publiions ce week-end donnait pour la première fois de notre histoire une domination des partis nationalistes séparatistes dans le groupe linguistique néerlandophone qui pèse désormais près du tiers du Parlement fédéral.

    ...

    Lire la suite