Procédure de destitution: la chef des démocrates, Nancy Pelosi, accuse Donald Trump de «corruption»

Procédure de destitution: la chef des démocrates, Nancy Pelosi, accuse Donald Trump de «corruption»
EPA

La chef des démocrates au Congrès américain, Nancy Pelosi, a pour la première fois utilisé jeudi le terme de « corruption » pour désigner les soupçons pesant sur le président américain, visé par une enquête en destitution dans l’affaire ukrainienne.

S’exprimant au lendemain des auditions télévisées de hauts diplomates organisées dans le cadre de cette enquête explosive, Mme Pelosi n’a pas choisi ses mots au hasard : la « corruption » est l’un des chefs d’accusation cités par la Constitution américaine pour justifier une destitution.

« Les témoignages accablants ont corroboré les preuves de corruption mises au jour par l’enquête », a déclaré la présidente démocrate de la Chambre des représentants, lors d’une conférence de presse.

Elle a ajouté que les faits exposés la veille faisaient apparaître comme « presque petits » ceux reprochés au président républicain Richard Nixon, lui aussi visé par une enquête en destitution en 1974.

Les démocrates soupçonnent Donald Trump d’avoir abusé de ses pouvoirs présidentiels en demandant au président ukrainien Volodymyr Zelensky d’enquêter sur Joe Biden, bien placé pour l’affronter lors de la présidentielle américaine 2020. Ils tentent de démontrer qu’il a en plus, pour l’obtenir, fait pression sur Kiev en gelant une importante aide militaire destinée à l’Ukraine.

Vers une destitution ?

Pour Nancy Pelosi, la corruption consiste à « accorder ou suspendre une aide militaire en échange d’une déclaration publique concernant une fausse enquête sur les élections », ce qui représentait « une tentative évidente de la part du président de se donner l’avantage pour l’élection de 2020 ».

Donald Trump affirme que sa conversation avec son homologue ukrainien était parfaite. Un argument repris par une grande majorité de parlementaires républicains qui font bloc derrière lui.

Avec une dizaine d’auditions publiques prévues d’ici le 20 novembre, les démocrates signalent qu’ils ne veulent pas perdre de temps dans l’enquête, avant un possible vote sur la mise en accusation, l’« impeachment » en anglais, du président à la Chambre. « Nous n’avons pas encore décidé que nous allons mettre (le président) en accusation », a précisé Mme Pelosi jeudi. « C’est ce à quoi sert cette enquête ».

Compte tenu de la majorité républicaine au Sénat, il est peu probable que Donald Trump soit ensuite destitué, car la chambre haute, qui serait chargée de le juger, aurait le dernier mot.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20200212-3YVA7Z 2020-02-12 17:32:02

    L’Europe a un plan pour gagner la 2e manche du numérique

  2. «
Un client a une rentabilité de 0,11
% sur son épargne, 5,9
% de rendement pour nos actionnaires, cela me paraît déjà pas mal
!», estime Marc Lauwers, CEO.

    Marc Lauwers: «Argenta continuera à offrir des services non rentables»

  3. Bernard Bousmanne a sorti des réserves de la Bibliothèque nationale du Mont des Arts la pièce emblématique du futur KBR Museum
: les «
Chroniques de Hainaut
» de 1446.

    KBR, le futur musée des trésors licencieux du Siècle d’or

La chronique
  • Ecoles: que faire du cours de morale?

    C’est un enjeu dérisoire au regard de la marche du monde, mais il est révélateur des ambiguïtés de la politique belge, et plus précisément francophone.

    En vertu de l’article 24 de la Constitution, qui prolonge sur ce point le Pacte scolaire, les écoles publiques doivent offrir le choix entre l’enseignement d’une des religions reconnues et celui de la morale non confessionnelle. La création d’un cours de philosophie et citoyenneté n’a pas modifié cet état de fait : elle a seulement réduit l’horaire consacré à ces cours à une heure par semaine au lieu de deux.

    Le cours de morale non confessionnelle reste donc organisé. Or il se trouve que, au 1er septembre 2021, ses enseignants devraient détenir un « certificat en didactique du cours de morale non confessionnelle » pour exercer leur fonction. Ce certificat doit donc être mis en place, mais cela suppose de répondre au préalable à une question difficile : à quoi sert encore le cours de morale, aujourd’hui ?

    Lorsque l’on a commencé à...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: des acteurs qui tournent en rond dans une pièce sans portes ni fenêtres

    Le catch 22 est une situation paradoxale à laquelle un individu ne peut échapper en raison de règles ou de limitations contradictoires. Le terme a été inventé par Joseph Heller qui l’a utilisé dans son roman « 1961 Catch 22 », se référant à une règle de l’Air Force selon laquelle un pilote qui continue à mener des combats aériens sans demander d’être relevé est considéré comme fou, mais est jugé assez sain d’esprit pour continuer à voler dès lors qu’il fait cette requête. On pourrait aussi parler de solution kafkaïenne où...

    Lire la suite