Thomas Baeken (Infrabel) élu porte-parole de l’année

Thomas Baeken (Infrabel) élu porte-parole de l’année
PhotoNews

Thomas Baeken, porte-parole du gestionnaire de l’infrastructure ferroviaire Infrabel, a été élu porte-parole de l’année. Il a reçu ce prix durant la Nuit du porte-parole (Nacht van de woordvoeder) organisée jeudi à Gand.

Thomas Baeken (45 ans) a été choisi par les journalistes et porte-parole pour les « réponses claires et ouvertes qu’il apporte aux questions ». En 2015, Thomas Baeken avait été choisi par les journalistes comme le porte-parole le plus accessible de l’année.

En outre, un prix a également été décerné cette année au meilleur porte-parole en coulisses. Ce prix a été remporté par Rafike Yilmaz (38 ans), porte-parole et directrice-adjointe des médias et de la communication au Palais royal depuis 2013.

Les prix des porte-paroles de l’année sont organisés par la Stichting Corporate Communicatie (Fondation communication d’entreprise). Ces dernières années, Frédéric Petit (2014, Infrabel), Fons Bastiaenssens (2015, police locale d’Anvers), Ine Van Wymersch (2016, parquet de Bruxelles), An Van hamme (2017, STIB) et Sara Vercauteren (2018, DPG Media) ont reçu ce prix.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Les derniers vrais grands accords en Belgique datent de la fin des années nonante. Depuis, ce pays est complètement paralysé.
» © Dominique Duchesnes.

    Hendrik Vuye: «Vous avez eu Leterme, puis De Wever, demain vous aurez Van Grieken…»

  2. MELANIE DEBIASIO ©DOMINIQUE DUCHESNES

    Les Racines élémentaires de Melanie De Biasio: «J’ai perdu ma voix, j’ai vécu le pire, ça m’a rendu forte»

  3. Cette Congolaise de 36 ans, Kavugho Mbafumoja, ici à l’hôpital général de Beni ce 3 décembre, a survécu à une attaque d’un groupe armé.

    L’est du Congo, nouvelle cible du combat djihadiste

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite