Marcourt: «Je n’étais au courant de rien» concernant les agissements de Moreau

Marcourt: «Je n’étais au courant de rien» concernant les agissements de Moreau
Belga

Jusqu’ici silencieux dans le dossier Nethys/Publifin, l’homme fort du PS liégeois, Jean-Claude Marcourt, prend la parole dans les colonnes de Sudpresse, vendredi. « On ne peut qu’être effaré devant des sommes pareilles, spécialement en ce qui concerne Stéphane Moreau. Il pète tous les plafonds ! », s’offusque celui dont la responsabilité dans l’affaire a parfois été pointée du doigt.

Quatre managers de Nethys se sont partagé plus de 18,6 millions d’indemnités et bonus, dont 11 millions pour Stéphane Moreau. « On demande à tout le monde de faire des efforts, dans tous les domaines. Et là, on a ces montants exorbitants ! Cela montre bien qu’il y a une dérive totale, qu’on n’y avait plus aucun sens commun », réagit Jean-Claude Marcourt.

A plusieurs reprises pourtant, le nom de l’actuel président du Parlement wallon a été cité comme incarnant une « main invisible » et étant au courant des décisions stratégiques chez Nethys. Mi-octobre, le directeur des mutualités socialistes Jean-Pascal Labille avait encore à demi-mot pointé sa responsabilité ainsi que celle de Daniel Bacquelaine (MR).

« C’est un fantasme évoqué par certains pour faire porter la responsabilité à d’autres », rétorque M. Marcourt. « Je n’étais au courant de rien par rapport à cela. On n’a été sollicité par personne de chez Nethys et on ne nous a demandé notre avis sur rien ».

Sur le même sujet
Politique
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Aux éditions Weyrich, Hugues Wenkin et Christian Dujardin réexpliquent l’importance du front nord dans l’issue de la bataille des Ardennes. © Dominique Duchesnes.

    75 ans de la bataille des Ardennes: pourquoi ce fut aussi la bataille des ponts

  2. Les avocats d’Albert II, Me Alain Berenboom et Me Guy Hiernaux

    L’avocat d’Albert II sort du silence: «Il n’a jamais considéré Delphine comme sa fille»

  3. Les racines de Pierre Wynants sont place Rouppe, où la prodigieuse cave compte pas moins de 25.000 bouteilles. Son petit-fils Loïc y travaille en salle et comme sommelier.

    Les racines élémentaires de Pierre Wynants: «J’ai été viré de l’école, ça a été ma chance»

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Le roi, l’enfant et la justice

    A l’entame de la procédure, lorsqu’en 2013 Delphine Boël saisit les tribunaux pour contester la paternité de Jacques Boël et se faire reconnaître fille d’Albert II, d’aucuns se sont interrogés sur l’indépendance de la Justice dans pareil contexte : un ex-Roi traîné devant les juges pour se voir contraint de reconnaître l’existence d’une fille naturelle présumée. Lesdits juges oseraient-ils tenir tête à ce roi venant d’abdiquer, le forcer à réaliser un test...

    Lire la suite