Marcourt: «Je n’étais au courant de rien» concernant les agissements de Moreau

Marcourt: «Je n’étais au courant de rien» concernant les agissements de Moreau
Belga

Jusqu’ici silencieux dans le dossier Nethys/Publifin, l’homme fort du PS liégeois, Jean-Claude Marcourt, prend la parole dans les colonnes de Sudpresse, vendredi. « On ne peut qu’être effaré devant des sommes pareilles, spécialement en ce qui concerne Stéphane Moreau. Il pète tous les plafonds ! », s’offusque celui dont la responsabilité dans l’affaire a parfois été pointée du doigt.

Quatre managers de Nethys se sont partagé plus de 18,6 millions d’indemnités et bonus, dont 11 millions pour Stéphane Moreau. « On demande à tout le monde de faire des efforts, dans tous les domaines. Et là, on a ces montants exorbitants ! Cela montre bien qu’il y a une dérive totale, qu’on n’y avait plus aucun sens commun », réagit Jean-Claude Marcourt.

A plusieurs reprises pourtant, le nom de l’actuel président du Parlement wallon a été cité comme incarnant une « main invisible » et étant au courant des décisions stratégiques chez Nethys. Mi-octobre, le directeur des mutualités socialistes Jean-Pascal Labille avait encore à demi-mot pointé sa responsabilité ainsi que celle de Daniel Bacquelaine (MR).

« C’est un fantasme évoqué par certains pour faire porter la responsabilité à d’autres », rétorque M. Marcourt. « Je n’étais au courant de rien par rapport à cela. On n’a été sollicité par personne de chez Nethys et on ne nous a demandé notre avis sur rien ».

Sur le même sujet
Politique
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • A l’heure de la retraite, Michel Jadot conserve un esprit critique et sans concession, au service d’une certaine idée de l’Etat et de la protection sociale.

    Michel Jadot: «Je crains la régionalisation des soins de santé d’ici cinq ans»

  • Christie Morreale provient de la région liégeoise, une terre d’économie sociale.

    L’économie sociale dope l’emploi

  • Le modèle confédéral version N-VA soulève plusieuyrs objextions qui doivent impérativement être mises en débat.

    Par Paul De Grauwe (LSE) et Philippe Van Parijs (UCLouvain & KU Leuven), coordinateurs de l’initiative Re-Bel(Rethinking Belgium’s Institutions in the European Context)

    Cartes blanches

    Carte blanche: «Confédéralisme: trois difficultés fatales?»

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
On ne peut pas multiplier les politiques et les priorités à couvrir et réduire le budget à y consacrer
», insiste Olivier Chastel.

    Le Parlement européen veut 60 milliards de plus pour le climat, selon Olivier Chastel

  2. d-20190131-3R0NN6 2019-11-05 20:59:31

    L’élève francophone prend souvent du retard, mais la situation s’améliore

  3. d-20191128-3XGE94 2019-11-28 11:17:40

    Affaire Nethys: la Socofe renonce à son recours contre le décret gouvernance wallon

La chronique
  • Peut-on se payer la Maison-Blanche?

    I’m not a billionnaire ! », a lâché, amère, la sénatrice de Californie, Kamala Harris, en annonçant qu’elle abandonnait la course à l’investiture démocrate pour la présidentielle américaine.

    La pique visait sans doute moins Donald Trump que deux candidats de son propre parti, Tom Steyer et Michael Bloomberg, dont les fortunes personnelles sont estimées, respectivement, à 1,6 milliard et 50 milliards de dollars par le magazine Forbes.

    Que des hommes, blancs, et vieux, comme Steyer (62 ans) et Bloomberg (77 ans), mais aussi Joe Biden (77 ans) ou Bernie Sanders (78 ans), puissent – sauf surprise – mener campagne jusqu’à la convention démocrate de Milwaukee, prévue en juillet 2020, alors que Kamala Harris, self-made woman de 55 ans, métisse, de père jamaïcain et de mère indienne, ait dû jeter l’éponge début décembre 2019 est déjà, en soi, problématique pour certains progressistes.

    Qu’à l’instar de l’actuel président...

    Lire la suite

  • Le Green Deal européen: la politique, la vraie

    Il faut lire le « Green Deal » dans lequel la Commission propose de faire de l’Europe un continent « zéro carbone » en 2050. La Commission y fixe un nouvel objectif 2030 pour la réduction de nos émissions de gaz à effet de serre, identifie les secteurs dans lesquels elle veut agir. Elle annonce cinquante mesures, promet de déposer toutes ses propositions législatives dans les deux années à venir…

    ...

    Lire la suite