Les Belges ont fait grève durant 422.249 jours l’an dernier

Les Belges ont fait grève durant 422.249 jours l’an dernier
Bruno Dalimonte

Le gouvernement Michel (N-VA-MR-CD&; V-Open VLD) termine à la deuxième place derrière le gouvernement Dehaene Ier (1992-1995, associant CVP, PS, SP et PSC) dans le classement des exécutifs les plus contestés, rapporte vendredi La Libre. Le pays a connu l’an dernier 422.249 jours de grève (l’addition des jours de grève de tous les salariés/fonctionnaires en Belgique), a calculé le Centre de recherche et d’information socio-politiques (Crisp).

L’année 2017 avait été marquée par un nombre de jours de grève significativement plus bas que les précédentes. Mais en 2018, le nombre de jours de grève est reparti à la hausse : +70,5 %. C’est la troisième année la plus conflictuelle de la législature, proche du niveau de 2016 (481.754 jours), mais loin derrière 2014 (853.355 jours), année où a été mis en place par Charles Michel (MR) un gouvernement marqué à droite.

L’an dernier, on a comptabilisé 104 jours de grève par 1.000 travailleurs. Un nombre supérieur à la moyenne des 30 dernières années, qui s’explique, conclut le Crisp, par les nombreuses grèves organisées contre la politique d’austérité et la politique en matière de marché du travail et de pensions du gouvernement Michel, dans le secteur privé et plus encore dans le secteur public.

La coalition suédoise est tombée prématurément sur le pacte de l’Onu sur les migrations en décembre2018, le Crisp a donc pu tirer un bilan définitif de la contestation sociale pendant la législature.

Sur le même sujet
GrèveBelgiqueNations Unies
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Aux éditions Weyrich, Hugues Wenkin et Christian Dujardin réexpliquent l’importance du front nord dans l’issue de la bataille des Ardennes. © Dominique Duchesnes.

    75 ans de la bataille des Ardennes: pourquoi ce fut aussi la bataille des ponts

  2. Les avocats d’Albert II, Me Alain Berenboom et Me Guy Hiernaux

    L’avocat d’Albert II sort du silence: «Il n’a jamais considéré Delphine comme sa fille»

  3. Les racines de Pierre Wynants sont place Rouppe, où la prodigieuse cave compte pas moins de 25.000 bouteilles. Son petit-fils Loïc y travaille en salle et comme sommelier.

    Les racines élémentaires de Pierre Wynants: «J’ai été viré de l’école, ça a été ma chance»

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Le roi, l’enfant et la justice

    A l’entame de la procédure, lorsqu’en 2013 Delphine Boël saisit les tribunaux pour contester la paternité de Jacques Boël et se faire reconnaître fille d’Albert II, d’aucuns se sont interrogés sur l’indépendance de la Justice dans pareil contexte : un ex-Roi traîné devant les juges pour se voir contraint de reconnaître l’existence d’une fille naturelle présumée. Lesdits juges oseraient-ils tenir tête à ce roi venant d’abdiquer, le forcer à réaliser un test...

    Lire la suite