NBA: New York douche Porzingis, les Pelicans sabotent la première de George (vidéos)

©EPA
©EPA

Les Knicks l’ont emporté de justesse face au Dallas de leur ancienne star Kristaps Porzingis (106-103) jeudi soir en NBA, alors que la première de Paul George sous le maillot des LA Clippers s’est soldée par une défaite face à la Nouvelle-Orléans (132-127).

Pour son premier retour au Madison Square Garden, Porzingis a été servi : copieusement sifflé chaque fois qu’il touchait le ballon, le Letton a en prime vu les Mavericks s’incliner dans les dernières secondes face à son ancienne équipe, plombée par un tir à trois points victorieux de Marcus Morris.

Les fans new-yorkais n’ont pas été tendres avec l’ancien homme fort des Knicks, conspué de « Rentre en Lettonie » et de « Traitre » lors de chacune de ses interventions sur le terrain.

Le pivot letton, choisi lors de la draft 2015 par l’ancien président des Knicks démis deux ans plus tard de ses fonctions, avait été échangé en février contre trois joueurs de Dallas pour notamment alléger les comptes de la franchise new-yorkaise.

Jeudi soir, Porzingis a inscrit 20 points et 11 rebonds pour les Mavericks, auxquels se sont ajoutés les 33 points, 11 passes décisives et 10 rebonds de Luca Doncic.

Mais cela n’aura pas suffit pour l’emporter face aux Knicks, qui s’imposent pour la deuxième fois cette saison aux dépens de Dallas et remportent ainsi leur troisième succès en douze matches.

New York a notamment pu compter sur Morris pour faire la différence à 13 secondes de la fin du match et auteur de 20 points et 5 rebonds.

L’autre première marquante de la soirée aura été celle de Paul George sous les couleurs de sa nouvelle équipe, les Los Angeles Clippers. L’arrière vedette, transferé cet été depuis Oklahoma City cet été, n’avait pu arborer son nouveau maillot depuis, handicapé par deux opérations à l’épaule.

Pour son entrée jeudi soir, il a assuré le show, inscrivant 33 points en 24 minutes, mais n’a pas réussi à résister en fin de match face à Jrue Holidays, qui lui aura ravi le ballon à trois reprises pour assurer la victoire des Pelicans.

Miami s’est quant à lui imposé face aux Cleveland Cavaliers (108-97), porté une nouvelle fois par son rookie Kendrick Nunn, auteur de 23 points et 8 passes décisives.

Le Heat, troisième de la conférence Est, remporte ainsi sa sixième victoire sur les 8 dernières rencontres qu’il a disputées.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. © Belga.

    Comment concrètement reconnaître Delphine? Nouveau désaccord…

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite