Chutes de neige en France: 300.000 foyers privés d’électricité

Chutes de neige en France: 300.000 foyers privés d’électricité

Les abondantes chutes de neige depuis jeudi privaient 300.000 foyers d’électricité vendredi matin, essentiellement dans les départements de la Drôme, de l’Ardèche, de l’Isère et du Rhône, a annoncé sur BFMTV un porte-parole d’Enedis.

La neige a semé la pagaille, provoquant un mort dans l’Isère et bloquant même partiellement le trafic ferroviaire à Grenoble. « Nous avons 300.000 foyers privés d’électricité. Il y a une neige très abondante. Les conditions de la nuit étaient difficiles et il est difficile de dire pour l’instant la date du rétablissement », a déclaré Robin Devogelaere, le directeur de la communication du gestionnaire du réseau de distribution d’électricité. « Vu les diagnostics qui reviennent en cellule de crise nationale, le directeur technique a mobilisé encore plus de renforts. On va ‘dispatcher’ l’ensemble de ces équipes », a assuré le dirigeant.

« Une situation exceptionnelle »

« C’est une situation exceptionnelle car c’est très concentré sur la même zone. C’est pour ça que nous avons des dégâts importants sur nos lignes électriques. On constate des arbres arrachés, des branches alourdies par la neige qui viennent se figer et créer des courts-circuits, et le phénomène de neige collante qui vient s’agglomérer sur les câbles électriques », a-t-il ajouté.

Jeudi vers 23 heures, Enedis comptabilisait déjà 200.000 foyers privés d’électricité dans ces mêmes départements et annonçait déplorer des « difficultés pour accéder aux installations à cause de la neige ». Les chutes de neige ont atteint 15 cm à l’aérodrome de Lyon Saint-Exupéry et à Saint-Etienne, et 30 cm dans le massif du Vercors.

Seul le département de Saône-et-Loire a toutefois été maintenu vendredi matin en vigilance orange, a indiqué Météo France qui a levé la vigilance orange pour six autres départements du sud-est. La vigilance vague-submersion a également été levée dans le Var et les Alpes-maritimes.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©News

    Anderlecht: lettre aux aveugles selon l’évangile de Saint-Vincent

  2. d-20181122-3PU9H0 2018-11-22 20:26:06

    Benoît Lutgen: «Les commémorations, ça rappelle ce qui s’est passé dans les années 30, et ce qui se passe aujourd’hui»

  3. Les arrestations ne sont pas indicatrices du nombre de migrants en transit
: certains migrants ont pu être interpellés dix fois sur l’année, d’autres jamais.

    Le nombre d’arrestation de migrants en transit en hausse de 37% en 2018

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Allez, allez, une seule issue à la crise fédérale: oser le schwung!

    On ne peut pas dire que les planètes sont bien alignées pour la petite Belgique. Cela fait un an que nous sommes sans gouvernement, six mois qu’on a voté, avec deux nouveaux informateurs qui tentent de trouver une sortie de crise – le Graal, on n’y croit plus – et le sondage que nous publiions ce week-end donnait pour la première fois de notre histoire une domination des partis nationalistes séparatistes dans le groupe linguistique néerlandophone qui pèse désormais près du tiers du Parlement fédéral.

    ...

    Lire la suite