PayPal se retire de Pornhub, qui se dit «dévasté»

PayPal se retire de Pornhub, qui se dit «dévasté»
Belga

Pornhub, le site de vidéos pornographiques basé au Canada, s’est dit « dévasté » jeudi par la décision de PayPal de ne plus servir d’intermédiaire pour payer certains professionnels. « Nous sommes tous dévastés par la décision de PayPal d’arrêter les versements à plus de 100.000 acteurs qui en dépendent pour vivre », a déclaré Corey Price, vice-présidente de Pornhub.

La solution de paiement sécurisée en ligne de PayPal permettait à Pornhub de rémunérer les créateurs de contenus de son « Model program » (« programme pour les mannequins »). « Suite à un examen, nous avons découvert que Pornhub traitait certains paiements professionnels via PayPal, sans avoir demandé notre permission », a rétorqué l’entreprise californienne. « Nous avons pris des mesures pour empêcher ces transactions ».

33,5 milliards de visites par an

Sur son blog, Pornhub demandait aux acteurs concernés de se manifester rapidement, et de choisir un autre moyen de paiement : virement bancaire, chèque ou la cryptomonnaie « Verge ». « Notre programme a été lancé pour donner plus d’automonie aux créateurs de contenus de l’industrie pornographique », a ajouté Corey Price. « Nous leur fournissons, sur notre plateforme, un espace sûr, très visible et prônant des valeurs sexuelles positives, où ils peuvent vendre et partager des contenus originaux, et gagner une grande part des revenus publicitaires générés par leurs vidéos gratuites. »

« Des décisions comme celle de PayPal et d’autres entreprises majeures ne font rien d’autre que de nuire aux efforts pour mettre fin à la discrimination et aux stigmates subis par les travailleurs du sexe », a-t-elle continué. En 2018, d’après son bilan annuel, le site a reçu 33,5 milliards de visites et consommé plus de bande passante que l’ensemble de l’internet en 2002.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. BELGIUM ROYALS PATERNITY TRIAL

    À avoir trop de pères, Delphine Boël n’en a eu aucun

  2. L’anglais est aujourd’hui l’une des... 24 langues officielles de l’UE. Avec, tout aussi officiellement, un seul et unique «
sponsor
», parmi les Vingt-Huit
: le Royaume-Uni. Et pourtant, la sortie du Royaume-Uni n’entraînera pas la disparition automatique de l’anglais de la tour de Babel européenne.

    Union européenne: Exit, la langue anglaise? Not at all! *

  3. L’affiche originale de Magritte et le trophée imaginé par Xavier Lust. © Charly Herscovici c/o sabam et Xavier Lust.

    Magritte, fan de cinéma et photographe pour le plaisir

La chronique
  • Lettre du Brexit: Cela fait bizarre d’écouter un opéra sans voix

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite