Diables rouges: tout a commencé en Russie il y a 9 ans pour Romelu Lukaku (vidéos)

©Belga
©Belga

C’est le 17 novembre 2010, à Voronezh à 465 km au sud-sud-est de Moscou, que Romelu Lukaku a ouvert son compteur « buts » pour les Diables rouges. Il en compte aujourd’hui 51 et trône en tête du classement des buteurs dans l’histoire de notre équipe nationale.

Et dire que ce match amical en Russie a failli être annulé en raison d’une météo capricieuse et un brouillard persistant qui avait contraint les Belges à passer par Moscou la veille. Finalement, ils arriveront à Voronezh quatre heures à peine avant le coup d’envoi.

C’est simple, sur les 25 dernières heures précédant la rencontre, les joueurs en ont passé près de 20 dans l’avion, les halls d’aéroport ou dans les bus.

La fatigue, le stress d’un voyage animé et les conditions de jeu plutôt pénibles n’ont finalement pas d’impact sur des Diables rouges appliqués. La jeune équipe belge emmenée notamment par Eden Hazard (19 ans à l’époque) et Romelu Lukaku (17 ans) surprend bien des observateurs en dominant une équipe russe, alors 10e au classement mondial.

Ce soir-là, Romelu Lukaku réussit un doublé dans son style bien particulier. Le premier, sur une passe tranchante d’Eden Hazard, il n’a plus qu’à mettre le pied pour envoyer le ballon au fond des filets. Sur le second, il fait parler sa puissance pour surprendre la défense et le gardien d’une Russie coachée par Dick Advocaat, l’ex-sélectionneur de la… Belgique.

0-2, les Diables s’imposent et Romelu Lukaku prouve ce 17 novembre 2010 qu’il peut devenir ce qu’il est à l’heure actuelle, à savoir un buteur comme il en existe peu.

Georges Leekens avait aligné l’équipe suivante : J.F.Gillet – Ciman, Van Buyten, Kompany, Vertonghen – Simons, Defour, Fellaini – E.Hazard (91e Pocognoli), Dembele (89e Vadis Odjidja), R.Lukaku (75e Vossen).

Ce samedi, il n’y aura donc que deux joueurs de la sélection de Roberto Martinez qui auront disputé ce match référence après un périple bien difficile à oublier. Toby Alderweireld et Simon Mignolet avaient fait aussi partie du voyage mais étaient restés sur le banc.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10838727-107

    La Une choquante du Corriere dello Sport sur Lukaku: gratuit et attiseur de haine

  2. B9721767720Z.1_20191130001105_000+G4NF11L67.2-0

    Philippe Close sur le chaos à Bruxelles: «Du monde dans le centre-ville? Une bonne nouvelle!»

  3. Image=d-20191022-3WTRV1_high

    Dossier «de la pergola»: le parquet renonce à poursuivre Stéphane Moreau et Bernard Thiry

La chronique
  • L’éclipse du soft power américain

    Samedi dernier, le New York Times a répondu sèchement au gouvernement chinois, qui avait traité de fake news les informations que le journal avait publiées sur la persécution des minorités musulmanes dans le Xinjiang, alors que ces révélations, accablantes, étaient fondées sur des documents internes du régime. Habituellement très pondéré, l’éditorialiste n’a pas hésité à faire le parallèle avec l’époque nazie, « lorsque Hitler parlait de la Lügenpresse, la presse menteuse, pour discréditer le journalisme indépendant ».

    Sa cible réelle, toutefois, était Donald Trump, accusé d’user et d’abuser de l’expression fake news pour vilipender les médias qui le dérangent, au risque de servir d’alibi aux régimes autoritaires qui verrouillent l’information. « Quand un président américain attaque la presse indépendante, les despotes s’empressent de l’imiter », notait le journal, en évoquant une kyrielle de pays, de la Russie au Burundi, qui ont trouvé dans le spectre des fake news une justification très commode de leurs attaques contre les médias...

    Lire la suite

  • La participation au secours de la démocratie

    La démocratie n’est plus une évidence. Accablée de toutes les impuissances du monde, elle ne s’impose plus comme un système légitime et efficace. Boucs émissaires : les élus, en lesquels les électeurs ont de moins en moins confiance. C’est donc la démocratie représentative qui semble en crise. Et la démocratie participative qui semble l’issue.

    Réconciliera-t-on le citoyen avec la politique en l’y intégrant ? C’est le pari de celles et ceux qui multiplient les initiatives de participation...

    Lire la suite