Amaya Coppens à nouveau arrêtée au Nicaragua

© Le Soir.
© Le Soir.

Amaya Coppens a été une nouvelle fois arrêtée ce jeudi au Nicaragua. Cette étudiante en médecine belgo-nicaraguayenne de 25 ans avait été libérée en juin dernier après avoir passé neuf mois en prison pour avoir participé au mouvement d’opposition contre le régime Ortega. Elle s’était rendue à Masaya pour soutenir des mères de prisonniers politiques en grève de la faim dans la cathédrale encerclée par la police. Des policiers sont intervenus et l’ont amenée avec d’autres défenseurs des droits humains au centre de détention d’El Chipote à Managua où des cas de tortures ont été recensés.

Depuis la démission forcée du président bolivien Evo Morales, le régime d’Ortega, qui dénonce un complot « impérialiste » contre les dirigeants de gauche en Amérique latine, a considérablement renforcé la répression. En septembre, Amaya Coppens qui était de passage en Belgique nous avait expliqué comment, à l’instar des autres ex-détenus libérés, elle était sous la surveillance constante et menaçante des autorités. Elle avait néanmoins décidé de repartir au Nicaragua pour continuer à lutter pour la démocratisation.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Les partisans du pouvoir en place brandissent les portraits de Simon Bolivar et de Hugo Chavez, mardi à Caracas, lors d’une marche vers le Parlement.

    Venezuela: «Le peuple est orphelin de dirigeants légitimes et représentatifs»

  • Cuba - Jeune vendeuse - Hector lemieux

    Cuba 2021, année zéro

  • Iqaluit, capitale du Nunavut, dans le Grand Nord canadien: l’Arctique, dernière frontière pétrolière, attise les convoitises et les entreprises minières y ont carte blanche.

    Par Ludovic Hirtzmann

    Amériques

    Canada: tensions glaciales dans l’Arctique

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous