Bruxelles: le prince Laurent absent lors de la Fête du Roi

Bruxelles: le prince Laurent absent lors de la Fête du Roi
PhotoNews

La Fête du Roi a lieu ce vendredi 15 novembre. Comme le veut la tradition, le roi Philppe et la reine Mathilde ne participent pas aux cérémonies car « le Roi ne peut pas ‘se célébrer’ », indique le prince Lorenz. Plusieurs absences ont été soulignées dont celles du Prince Laurent et la princesse Claire. La raison de leur absence n’est toujours pas connue.

Cette année, la Fête du Roi est placée sous le signe des princes héritiers, 18e anniversaire d’Elisabeth, première dans l’ordre de succession de Philippe, oblige. Le thème a été choisi en concertation par le Palais et le parlement fédéral.

Les cérémonies ont commencé à 10h du matin par le traditionnel Te Deum célébré en la cathédrale des Saints-Michel-et-Gudule de Bruxelles. L’événement a été ponctué d’une homélie du primat de Belgique. L’an passé, s’appuyant sur un psaume, Mgr De Kesel avait évoqué l’appel du roi Salomon à privilégier «ce qui sert le bien commun et non l’intérêt personnel», un bien commun qui «ne peut être ramené à l’intérêt de son propre peuple ou nation».

L’office religieux a été suivi à 11h d’une séance académique dans l’hémicycle de la Chambre. Plusieurs politiciens ont pris la parole : les présidents de la Chambre et du Sénat, Patrick Dewael et Sabine Laruelle, et la Première ministre, Sophie Wilmès.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190524-3U3PUF 2019-05-24 17:33:25

    Vie privée: les internautes ne sont pas prêts à se rebeller

  2. Le gouvernement Michel (la suédoise MR, N-VA, VLD, CD&V) était lourdement déséquilibré entre nord et sud
: les francophones, avec le seul MR, ne disposait que de 20 sièges sur 63.

    Un gouvernement minoritaire au Nord? Ce n’est pas une première

  3. A la veille du match entre l’AS Roma et l’Inter Milan, le journal italien Corriere dello Sport est au cœur d’une polémique avec cette « une ».

    Discriminations: «On ne peut parler de racisme sans parler des blancs»

La chronique
  • Manifestations monstres contre Macron en France: ce qu’il faut oser dire

    Il n’y aura pas eu de chaos. La plupart des trains étaient à l’arrêt ce jeudi et la majorité des écoles, fermées. Mais les Français avaient anticipé ce « black thursday ». Si bien que le « mur du 5 décembre » n’a pas été érigé aussi haut que prévu.

    Emmanuel Macron aurait pourtant tort de considérer la partie gagnée. La mobilisation était très importante dans les manifestations. Et ce n’est que dans les...

    Lire la suite