Bruxelles: Sophie Wilmès met à l’honneur la princesse Elisabeth lors de la Fête du Roi

Bruxelles: Sophie Wilmès met à l’honneur la princesse Elisabeth lors de la Fête du Roi
Belga

La Première ministre, Sophie Wilmès, a mis en avant vendredi, à l’occasion de la Fête du Roi, la figure de la princesse Elisabeth dans l’aspiration de la société belge à l’égalité des chances des citoyens quel que soient leur genre, leur origine, leur orientation affective ou leur couleur de peau.

Bruxelles: le prince Laurent absent lors de la Fête du Roi

La Fête du Roi a été placée cette année sous le signe des princes héritiers, 18e anniversaire d’Elisabeth, première dans l’ordre de succession de Philippe, oblige. Pour la première fois dans l’histoire de la Belgique, l’héritier du trône est une femme. Une évolution qui a été rendue possible par l’abrogation de la loi salique en 1991.

«L’égalité entre homme et femme est devenue une préoccupation centrale», a souligné Mme Wilmès dans le discours qu’elle a prononcé à la Chambre lors d’une séance académique.

« Le mot royal au féminin »

A l’avenir la Belgique «conjuguera le mot royal au féminin», a-t-elle fait remarquer en saluant le rôle de «modèle» que jouera la future reine, symbole d’une «nouvelle génération». Sans modèle, il est difficile de garantir l’égalité des chances, a-t-elle ajouté: «Les Belges tourneront leur regard vers la souveraine».

Dans l’histoire de Belgique, les princes héritiers occupent une place à part parce qu’ils doivent être préparés à leur destin royal. La professeure Gita Deneckere de l’Université de Gand a retracé leur parcours, parfois tragique puisqu’au XIXe siècle trois d’entre eux sont morts prématurément.

Traditionnellement, le chef de l’Etat n’assiste pas aux cérémonies de la Fête du Roi. Cette année, la famille royale était représentée par le roi Albert, la reine Paola et le prince Lorenz.

Les présidents de la Chambre et du Sénat, Patrick Dewael et Sabine Laruelle, ont également pris la parole.

« Un rôle symbolique, social et polique »

«Bien que la succession au trône soit régie par la Constitution, cette même Constitution reste muette à propos de la personne du successeur au trône. Pourtant, tous les héritiers de la couronne ont non seulement joué un rôle symbolique mais également un rôle social au sens large, et même un rôle politique. Il suffit de penser au prince Baudouin de Belgique, disparu prématurément, qui entre 1887 et son décès en 1891 a été érigé en figure presque messianique par le Mouvement flamand», a expliqué M. Dewael.

Le prince Baudouin, qui devait succéder à Léopold II, avait prononcé quelques mots de néerlandais lors d’une visite à Bruges.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©News

    Anderlecht: lettre aux aveugles selon l’évangile de Saint-Vincent

  2. Les arrestations ne sont pas indicatrices du nombre de migrants en transit
: certains migrants ont pu être interpellés dix fois sur l’année, d’autres jamais.

    Le nombre d’arrestation de migrants en transit en hausse de 37% en 2018

  3. Applaudi par ses ministres et les députés de la majorité, Charles Michel quitte la Chambre, son porte-documents à la main. C’était le 18 décembre 2018. © Belga.

    Il y a un an, Charles Michel remettait sa démission au Roi

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Allez, allez, une seule issue: oser le schwung!

    On ne peut pas dire que les planètes sont bien alignées pour la petite Belgique. Cela fait un an que nous sommes sans gouvernement, six mois qu’on a voté, avec deux nouveaux informateurs qui tentent de trouver une sortie de crise – le Graal, on n’y croit plus – et le sondage que nous publiions ce week-end donnait pour la première fois de notre histoire une domination des partis nationalistes séparatistes dans le groupe linguistique néerlandophone qui pèse désormais près du tiers du Parlement fédéral.

    ...

    Lire la suite