Joachim Carcela prolonge jusqu’en 2022 au Standard

©Belga
©Belga

C’est à l’initiative du Standard que les négociations ont été menées, avec succès : Joachim Carcela (19 ans), dont le contrat arrivait à échéance en juin prochain, a signé vendredi après-midi un nouveau bail le liant au club liégeois jusqu’en 2022, assorti d’une troisième saison en option. À plusieurs reprises, Michel Preud’homme avait loué la qualité du travail fourni à l’entraînement par son jeune médian. « J’espère pouvoir lui offrir rapidement ses premières minutes de jeu en équipe première », avait ainsi déclaré l’entraîneur liégeois, le 29 octobre, avant de l’inviter le lendemain face à Waasland-Beveren à remplacer son cousin Mehdi Carcela dans les arrêts de jeu.

Très à l’écoute, Joachim Carcela avait aussi participé, durant l’été, au stage organisé à Kamen, en Allemagne, où il avait pu montrer ce qu’il avait dans le ventre. Ce qui avait plu à Preud’homme, qui avait trouvé ses qualités et sa polyvalence très intéressantes. « Il peut jouer en 6, en 8, en 10, et même au poste d’arrière droit comme il l’a fait en fin de saison dernière avec les Espoirs ». Joachim Carcela, qui montait en puissance depuis plusieurs semaines, a donc reçu, à l’approche de son vingtième anniversaire, qu’il fêtera le 16 décembre, le plus beau des cadeaux, avec ce nouveau contrat de 2 ans + 1 offert par son club de cœur.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Patrick Dewael (Open-VLD), président de la Chambre, est l’un des noms qui circulent pour monter en première ligne.

    Négociations fédérales: qui va monter? Plusieurs noms circulent

  2. d-20191208-3XNE16 2019-12-08 09:11:53

    Le bulletin climatique de la Belgique continue à se dégrader

  3. Le succès des universités francophones est incontestable et la tendance s’inscrit dans le long terme.

    Enseignement supérieur: toujours plus d’étudiants dans les universités francophones

La chronique
  • La grande misère du choix électoral

    Le point qui a le plus surpris dans l’interview que Marc Uyttendaele et moi-même avons donnée au Soir le 23 novembre est apparemment la perspective d’organiser un référendum sur le cadre institutionnel de la Belgique.

    De fait, il y avait de quoi être surpris. Je ne suis pas un partisan déclaré du référendum, et je me rappelle fort bien Marc Uyttendaele, en 1993, s’opposant farouchement, comme Xavier Mabille, à l’idée de demander au peuple de se prononcer sur le cadre fédéral dans lequel basculait officiellement la Belgique à l’époque.

    Je ne veux pas revenir, ici, sur le référendum en tant que tel, qui est à mes yeux un procédé de la dernière chance en...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: l’insulte! Bon sang, mais c’est bien sûr!

    Mais comment n’y ont-ils pas pensé plus tôt ? Les conseillers du Roi avec leurs « Et que je vous sers le café. Et que je vous écoute patiemment »… et Paul Magnette qui fait des vidéos expliquant qu’il recherche « des solutions constructives pour tous, de Zeebruges à Arlon et d’Eupen à Mouscron », en français et en néerlandais ? Que dire des Vande Lanotte, Reynders, Bourgeois et Demotte engoncés dans de chics costumes pour faire honneur à la fonction ?

    ...

    Lire la suite