Voici les cinq finalistes du Prix Rossel

Odile d’Oultremont, Philippe Marczewski, Vinciane Moeschler, Emmanuelle Pirotte et Isabelle Wéry.
Odile d’Oultremont, Philippe Marczewski, Vinciane Moeschler, Emmanuelle Pirotte et Isabelle Wéry. - Barbara Iweins, D.R., Astrid di Crollalanza, Philippe Matsas/Opale et Laetitia Bica.

Depuis 1938, le Prix Rossel, créé par Le Soir, récompense le meilleur roman ou recueil de nouvelles de l’année. Il sera remis pour la 76e  fois le mardi 3 décembre à la Bibliothèque royale de Belgique, à Bruxelles. Jeudi soir, les neuf membres du jury ont procédé à leur sélection en choisissant les cinq finalistes. Passons leurs livres en revue.

Baïkonour, d’Odile d’Oultremont, chez L’Observatoire. Les amours passionnées entre un grutier et une fille qui veut être marin-pêcheur. La verticalité de la grue, l’horizontalité de la mer. Drame, amour, tendresse. Et humour dans le regard sur les choses et les gens.

Blues pour trois tombes et un fantôme, de Philippe Marczewski, chez Inculte. C’est la géographie intime de Liège et de ses habitants. Le charbon et l’industrie, les escaliers et les terrils, la Meuse et la bière, le jazz aussi. Une géographie vraie et imaginaire, où Sheffield, Essen ou Gênes se superposent à Liège, et fictionnalisée dans une écriture superbe.

Trois incendies, de Vinciane Moeschler, chez Stock. Trois femmes : Léa, la grand-mère, Alexandra, la fille, Maryam, la petite-fille. Trois femmes dans la guerre, dans des guerres différentes mais qui enflamment de même les existences. Trois destins suivis pas à pas dans une narration à trois voix et à trois pronoms : je, tu, elle. De 40-45 à aujourd’hui via le Liban et le massacre de Chatila, des mots qui sautent au cœur et nouent la gorge.

D’innombrables soleils, d’Emmanuelle Pirotte, au Cherche Midi. Fin du XVIe  siècle. Christopher Marlowe, le dramaturge, quitte Londres, poursuivi par des assassins, pour se réfugier dans le manoir de son ami Walter. Où il rencontre l’épouse de celui-ci, Jane. Coup de foudre. Passion dévorante. Plus rien ne compte que leurs deux corps et leurs deux esprits, que le sexe, leurs pièces et leurs poèmes. Que l’urgence de vivre. Un brillant sens du romanesque et une écriture brûlante.

Poney flottant, d’Isabelle Wéry, chez Onlit. Une enfant qui passe à l’âge adulte. Difficilement. Avec une découverte frénétique et joyeuse du sexe, ses attachements et ses haines. Une bombe poétique qui explose la langue, un livre différent dans la production habituelle, qui révèle un autre monde, qui nous réveille de notre quotidien, nous extirpe de notre zone de confort civilisée et aseptisée.

Le Soir a pu contacter chacun de ces nominés. Leurs réactions sont évidemment joyeuses. « Génial », s’exclame Odile d’Oultremont, « je suis super heureuse. » Et Philippe Marczewski, dont c’est le premier livre : « Chaque fois, la sélection du Prix Rossel est super intéressante et je suis honoré d’en faire partie. » « Je suis touchée, c’est un vrai cadeau », réagit Vinciane Moeschler, une Française qui vit à Bruxelles. « C’est gai, ça fait vraiment plaisir. Pour moi et pour mon éditeur, Onlit », ajoute Isabelle Wéry.

Les jurés ont maintenant 18 jours pour peaufiner leurs jugements. Qui sera le Rossel 2019 ? Réponse peu après midi, le mardi 3 décembre. Sur ce site.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Les derniers vrais grands accords en Belgique datent de la fin des années nonante. Depuis, ce pays est complètement paralysé.
» © Dominique Duchesnes.

    Hendrik Vuye: «Vous avez eu Leterme, puis De Wever, demain vous aurez Van Grieken…»

  2. Cette Congolaise de 36 ans, Kavugho Mbafumoja, ici à l’hôpital général de Beni ce 3 décembre, a survécu à une attaque d’un groupe armé.

    L’est du Congo, nouvelle cible du combat djihadiste

  3. MELANIE DEBIASIO ©DOMINIQUE DUCHESNES

    Les Racines élémentaires de Melanie De Biasio: «J’ai perdu ma voix, j’ai vécu le pire, ça m’a rendu forte»

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite