«Tête de seau», «Face de poubelle»...: les candidats loufoques qui s’opposent à Boris Johnson aux élections

«Tête de seau», «Face de poubelle»...: les candidats loufoques qui s’opposent à Boris Johnson aux élections

La concurrence s’annonce rude pour le Premier ministre Boris Johnson dans les urnes, défié dans sa circonscription par un jeune travailliste très actif mais aussi par des personnages extravagants comme Lord «Tête de seau» et le comte «Face de Poubelle». Il ne s’agit pas d’un livre pour enfants mais bien de la liste officielle des candidats de la circonscription d’Uxbridge, à l’ouest de Londres, pour les législatives anticipées du 12 décembre.

Lord Buckethead ("Tête de seau") qui se présente comme «le plus grand espoir pour l’avenir de l’humanité» est un personnage coutumier des élections britanniques affrontant des chefs du gouvernement depuis 1987. Il y a deux ans, il avait affronté Theresa May et était arrivé septième, obtenant 249 voix. Cette fois il affronte son successeur à Downing Street, le conservateur Boris Johnson.

Poussant encore plus loin l’absurdité cette année, il ne sera pas le seul candidat loufoque: il affrontera aussi le comte Binface ("Face de poubelle"), listé comme «indépendant» et autoproclamé «guerrier de l’espace intergalactique».

Sur son compte Twitter, ce dernier pose vêtu d’un déguisement digne d’un épisode de la saga Star Wars. Il assure être l’acteur qui s’était présenté en 2017 sous le personnage de Lord Buckethead mais explique qu’il a dû céder son personnage et changer de nom pour des raisons de copyright. Troisième candidat insolite pour compléter la liste: Yace Yogenstein, «seigneur du temps interplanétaire».

Un opposant sérieux

Toutefois, le rival le plus sérieux qu’affrontera Boris Johnson est le jeune candidat travailliste Ali Milani, 25 ans. Très actif sur le terrain comme sur les réseaux sociaux, ce Britannique d’origine iranienne compte bien chasser Boris Johnson de son siège de député. Lors de la dernière élection, Boris Johnson l’avait remporté avec une majorité de 5.000 voix seulement.

La publication des listes de candidats lors de ces législatives anticipées, destinées à renouveler le Parlement pour tenter de sortir de l’impasse provoquée par la sortie de l’Union européenne, a révélé une autre surprise: un candidat du Parti du Brexit vit en Australie - à 14.000 kilomètres de la circonscription qu’il vise.

Ce candidat, Ed Punchard, réalisateur de documentaires, vit à Fremantle, près de Perth dans l’ouest de l’Australie mais est originaire du Devon, dans le sud-ouest de l’Angleterre.

Il a confié à un journal local qu’il comptait acheter une maison dans sa circonscription s’il est élu le 12 décembre.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 10844589-050

    France: condamné, Mélenchon dénonce un «procès politique»

  2. d-20191015-3WNJFK 2019-10-15 15:16:54

    La voiture cède lentement du terrain: des différences importantes selon les régions

  3. d-20191008-3WJ5PV 2019-10-08 12:36:39

    Climat: le transport maritime pèse autant que toutes les voitures belges

La chronique
  • France: les premières leçons d’une révolte sociale

    Jeudi, grande manifestation syndicale contre la réforme des retraites : énorme succès.

    Samedi, trente manifestations de « gilets jaunes » dans la foulée de cette révolte sociale : énorme bide.

    Spectaculaire retournement de situation. Il y a encore quelques mois, il était de bon ton de gloser sur le fait que le mouvement « gilet jaune » avait ringardisé et marginalisé le mouvement syndical. Le verdict est tombé.

    Arnaque médiatique

    En vérité, nous avons été victimes d’une énorme arnaque médiatique (on reconnaîtra que j’ai tenté, sans succès, de la démystifier).

    Jeudi donc, près d’un million de citoyennes et de citoyens ont défilé dans toute la France.

    Au plus fort du mouvement des « gilets jaunes », ils furent 300.000. Or, à l’époque...

    Lire la suite

  • PS et N-VA: casa Kafka

    Et donc voilà Paul Magnette qui reprend cet après-midi le chemin du palais royal. Après des mois utilisés par d’autres à « dégager le terrain » – une manière cosmétique d’occuper le vide –, le président du PS a fait le boulot. Il pourrait même ne pas venir les mains vides : il aura à tout le moins essayé un scénario qui aurait sorti le pays de la crise et d’une transition en affaires courantes de moins en moins légitime démocratiquement. Il aurait produit un gouvernement. Ric-rac, mais un gouvernement....

    Lire la suite