«Tête de seau», «Face de poubelle»...: les candidats loufoques qui s’opposent à Boris Johnson aux élections

«Tête de seau», «Face de poubelle»...: les candidats loufoques qui s’opposent à Boris Johnson aux élections

La concurrence s’annonce rude pour le Premier ministre Boris Johnson dans les urnes, défié dans sa circonscription par un jeune travailliste très actif mais aussi par des personnages extravagants comme Lord «Tête de seau» et le comte «Face de Poubelle». Il ne s’agit pas d’un livre pour enfants mais bien de la liste officielle des candidats de la circonscription d’Uxbridge, à l’ouest de Londres, pour les législatives anticipées du 12 décembre.

Lord Buckethead ("Tête de seau") qui se présente comme «le plus grand espoir pour l’avenir de l’humanité» est un personnage coutumier des élections britanniques affrontant des chefs du gouvernement depuis 1987. Il y a deux ans, il avait affronté Theresa May et était arrivé septième, obtenant 249 voix. Cette fois il affronte son successeur à Downing Street, le conservateur Boris Johnson.

Poussant encore plus loin l’absurdité cette année, il ne sera pas le seul candidat loufoque: il affrontera aussi le comte Binface ("Face de poubelle"), listé comme «indépendant» et autoproclamé «guerrier de l’espace intergalactique».

Sur son compte Twitter, ce dernier pose vêtu d’un déguisement digne d’un épisode de la saga Star Wars. Il assure être l’acteur qui s’était présenté en 2017 sous le personnage de Lord Buckethead mais explique qu’il a dû céder son personnage et changer de nom pour des raisons de copyright. Troisième candidat insolite pour compléter la liste: Yace Yogenstein, «seigneur du temps interplanétaire».

Un opposant sérieux

Toutefois, le rival le plus sérieux qu’affrontera Boris Johnson est le jeune candidat travailliste Ali Milani, 25 ans. Très actif sur le terrain comme sur les réseaux sociaux, ce Britannique d’origine iranienne compte bien chasser Boris Johnson de son siège de député. Lors de la dernière élection, Boris Johnson l’avait remporté avec une majorité de 5.000 voix seulement.

La publication des listes de candidats lors de ces législatives anticipées, destinées à renouveler le Parlement pour tenter de sortir de l’impasse provoquée par la sortie de l’Union européenne, a révélé une autre surprise: un candidat du Parti du Brexit vit en Australie - à 14.000 kilomètres de la circonscription qu’il vise.

Ce candidat, Ed Punchard, réalisateur de documentaires, vit à Fremantle, près de Perth dans l’ouest de l’Australie mais est originaire du Devon, dans le sud-ouest de l’Angleterre.

Il a confié à un journal local qu’il comptait acheter une maison dans sa circonscription s’il est élu le 12 décembre.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. delalb

    Le roi Albert II reconnaît être le père de Delphine Boël, quel nom portera-t-elle?

  2. POLITICS PARTY MEETING PS

    Coalition fédérale: le PS dévoile les propositions «imbuvables» de la N-VA

  3. Le Dow Jones et le Nasdaq abandonnaient respectivement 1,5 et 1,9
% dès l’ouverture de la séance à Wall Street, face à l’incertitude causée par le coronavirus.

    Coronavirus: les marchés frissonnent à l’idée que la croissance chinoise se grippe

La chronique
  • Brux-ils Brux-elles : une priorité, la lutte contre les discriminations

    En filigrane de l’affaire Kir ne pouvait-on lire un peu de communautarisme ? Et faire le procès de l’un n’équivalait-il pas à ouvrir celui de l’autre ? La question s’est posée lors de chacune des (nombreuses) discussions avec des élus, socialistes mais pas que, des experts, de la communauté turque mais pas que… Avec, à plusieurs reprises, cette réponse, cinglée : « c’est le procès de la diversité que vous faites, et ça, c’est hors de question ». Non, il n’était, évidemment pas question de faire le procès de la diversité. C’est donc que le terme était mal choisi…

    Apparu dans la langue française au cours des années nonante, le mot « communautarisme » se hisse régulièrement dans les statistiques hautes d’occurrence sur le web et fait l’objet de nombreuses recherches académiques. Fabrice Dhume, sociologue, chercheur à Paris Diderot, s’est livré à une véritable enquête sur ce qu’il qualifie « de...

    Lire la suite

  • La leçon des «Sardines»: le populisme n’est pas une fatalité

    On dit souvent que l’Italie constitue le laboratoire politique de l’Europe. Et en Italie, Bologne apparaît comme le laboratoire du laboratoire. C’est dans la capitale émilienne, en effet, que le Parti communiste avait pris, à l’époque, ses distances avec Moscou. C’est là aussi que Romano Prodi avait inventé « l’Olivier », l’union de la gauche copiée un peu partout sur le continent. C’est là, encore, sur la place centrale, que Beppe Grillo avait lancé...

    Lire la suite