«Tête de seau», «Face de poubelle»...: les candidats loufoques qui s’opposent à Boris Johnson aux élections

«Tête de seau», «Face de poubelle»...: les candidats loufoques qui s’opposent à Boris Johnson aux élections

La concurrence s’annonce rude pour le Premier ministre Boris Johnson dans les urnes, défié dans sa circonscription par un jeune travailliste très actif mais aussi par des personnages extravagants comme Lord «Tête de seau» et le comte «Face de Poubelle». Il ne s’agit pas d’un livre pour enfants mais bien de la liste officielle des candidats de la circonscription d’Uxbridge, à l’ouest de Londres, pour les législatives anticipées du 12 décembre.

Lord Buckethead ("Tête de seau") qui se présente comme «le plus grand espoir pour l’avenir de l’humanité» est un personnage coutumier des élections britanniques affrontant des chefs du gouvernement depuis 1987. Il y a deux ans, il avait affronté Theresa May et était arrivé septième, obtenant 249 voix. Cette fois il affronte son successeur à Downing Street, le conservateur Boris Johnson.

Poussant encore plus loin l’absurdité cette année, il ne sera pas le seul candidat loufoque: il affrontera aussi le comte Binface ("Face de poubelle"), listé comme «indépendant» et autoproclamé «guerrier de l’espace intergalactique».

Sur son compte Twitter, ce dernier pose vêtu d’un déguisement digne d’un épisode de la saga Star Wars. Il assure être l’acteur qui s’était présenté en 2017 sous le personnage de Lord Buckethead mais explique qu’il a dû céder son personnage et changer de nom pour des raisons de copyright. Troisième candidat insolite pour compléter la liste: Yace Yogenstein, «seigneur du temps interplanétaire».

Un opposant sérieux

Toutefois, le rival le plus sérieux qu’affrontera Boris Johnson est le jeune candidat travailliste Ali Milani, 25 ans. Très actif sur le terrain comme sur les réseaux sociaux, ce Britannique d’origine iranienne compte bien chasser Boris Johnson de son siège de député. Lors de la dernière élection, Boris Johnson l’avait remporté avec une majorité de 5.000 voix seulement.

La publication des listes de candidats lors de ces législatives anticipées, destinées à renouveler le Parlement pour tenter de sortir de l’impasse provoquée par la sortie de l’Union européenne, a révélé une autre surprise: un candidat du Parti du Brexit vit en Australie - à 14.000 kilomètres de la circonscription qu’il vise.

Ce candidat, Ed Punchard, réalisateur de documentaires, vit à Fremantle, près de Perth dans l’ouest de l’Australie mais est originaire du Devon, dans le sud-ouest de l’Angleterre.

Il a confié à un journal local qu’il comptait acheter une maison dans sa circonscription s’il est élu le 12 décembre.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. L’ambassadeur de la jouissance se révèle surtout un être dévoré d’angoisses.

    Fellini, un gamin de cent ans

  2. Image=d-20170728-3G1Y2T_high

    Comment bien choisir son assurance hospitalisation

  3. PHOTONEWS_10839017-134

    Open d’Australie: qui sera le Joker de Melbourne?

La chronique
  • Harry et Meghan, les papes et Vincent Kompany: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Harry et Meghan

    Une grand-mère comme Elizabeth, tout le monde en rêve ! Le conseil de famille convoqué en urgence et à huis clos dans un château de la famille royale devait tourner à la curée pour Harry et Meghan, les princes rebelles. Eh bien, nenni, comme on ne dit pas au Royaume-Uni : la Reine s’est montrée très large d’esprit et en définitive bien de son temps. De ce que l’on en sait en tout cas, et on ne sait pas forcément tout.

    Les congrès politiques

    Avez-vous vu ça ? Samedi dernier à Namur, les petites mains du CDH ont ajouté des chaises dans tous les coins disponibles pour permettre aux militants d’écouter Maxime Prévot à l’aise. Et le lendemain à Wavre, il aurait fallu un chausse-pied pour faire rentrer les fidèles du MR dans la salle où Georges-Louis...

    Lire la suite

  • Exclusion de Kir: au PS, fini de biaiser

    Emir Kir exclu du PS ! Le parti socialiste n’a pas esquivé cette fois, ni biaisé. Après six heures de discussion, la décision a été prise de sanctionner et non plus de comprendre ou d’excuser des comportements des élus en contradiction avec ses valeurs. Et cela quel que soit le poids de l’élu qui a dérapé. Emir Kir – qui rappelons-le peut faire appel d’une décision qu’il trouve totalement injuste –, ne bénéficie donc plus de la protection dont il a pu jouir dans le passé.

    Son bouclier de...

    Lire la suite