L’Argentine bat le Brésil en amical grâce à un but de Lionel Messi (1-0)

L’Argentine bat le Brésil en amical grâce à un but de Lionel Messi (1-0)
AFP

De retour en sélection après trois mois de suspension, Lionel Messi a marqué le seul but de la victoire (1-0, à la 14e minute) de l’Argentine contre le Brésil, privé de Neymar, dans un match amical peu spectaculaire vendredi à Ryad, en Arabie saoudite, devant 22.500 spectateurs.

S’il n’a pas pu se mesurer à son ami Neymar, encore blessé, Messi a inscrit son 69e but en sélection, répondant à distance à son rival portugais Cristiano Ronaldo, auteur lui d’un triplé jeudi pour porter son total de buts en sélection à 98.

Et si Messi est encore loin de Ronaldo dans ce petit jeu, c’est peut-être parce qu’il a manqué ces derniers temps plusieurs occasions d’augmenter ce total. Le quintuple Ballon d’Or a en effet été suspendu trois mois pour avoir accusé la confédération sud-américaine, la Conmebol, d’avoir favorisé le Brésil lors de la demi-finale perdue 2-0 en Copa América, remportée par la Seleçao en juillet dernier.

Résultat, on ne l’avait plus avec l’Albiceleste depuis le match pour la 3e place de cette Copa América remporté contre le Chili (2-1).

Titulaire pour les retrouvailles avec les siens contre le Brésil, sur la pelouse inhabituelle du King Saud University Stadium de Ryad, Messi a inscrit en deux temps un penalty repoussé par le gardien brésilien Alisson, ouvrant le score avant le quart d’heure de jeu (14e).

Peu avant, le Brésil a manqué l’occasion de prendre l’avantage, sur un autre penalty, obtenu après une erreur de Juan Foyth et une faute de Leandro Paredes. Une occasion en or vendangée par Gabriel Jésus, qui n’a pas cadré son tir (9e).

Dans un match où les occasions de buts étaient bien plus rares que les fautes (plus de vingt notamment côté argentin), les entrées de Coutinho et Fabinho en deuxième période n’ont pas inversé la tendance à la domination des Ciel et Blanc.

L’Argentine aurait même pu aggraver la marque. Juste avant la mi-temps déjà, Messi a profité d’une erreur brésilienne pour s’échapper dans l’axe, poursuivit par deux défenseurs, mais son tir a trouvé le gardien de Liverpool (45e+1).

A l’heure de jeu, c’est le joueur du FC Séville Lucas Ocampos qui a vu son tir puissant fuir le cadre (59e). Puis coup franc sur coup franc, Messi a eu deux nouvelles occasions (66e, 70e), arrêtées par Alisson, qui comme « la Pulga » figure parmi les 30 nommés pour le Ballon d’Or 2020.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191015-3WNJFK 2019-10-15 15:16:54

    Mobilité: la voiture cède lentement du terrain

  2. Sven Gatz ne voit pas le Multilinguisme comme un lot de consolation. Bien au contraire. «
Je voulais ce portefeuille
!
»

    Sven Gatz au «Soir»: «Bruxelles est une Région trilingue, multilingue»

  3. d-20191203-3XK945 2019-12-03 10:58:52

    Enseignement: regarder Pisa avec les lunettes de l’optimiste

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • PS et N-VA: casa Kafka

    Et donc voilà Paul Magnette qui reprend cet après-midi le chemin du palais royal. Après des mois utilisés par d’autres à « dégager le terrain » – une manière cosmétique d’occuper le vide –, le président du PS a fait le boulot. Il pourrait même ne pas venir les mains vides : il aura à tout le moins essayé un scénario qui aurait sorti le pays de la crise et d’une transition en affaires courantes de moins en moins légitime démocratiquement. Il aurait produit un gouvernement. Ric-rac, mais un gouvernement....

    Lire la suite