Euro 2020: Suède qualifiée après sa victoire en Roumanie, l’Italie signe un 9 sur 9

Euro 2020: Suède qualifiée après sa victoire en Roumanie, l’Italie signe un 9 sur 9
AFP

Un petit nouveau et un vieux briscard : la Finlande pour la première fois et la Suède pour la sixième fois d’affilée se sont qualifiées pour l’Euro-2020 en battant vendredi le Liechstenstein (3-0) et la Roumanie (2-0).

Et de 12 ! Avec la Finlande et la Suède, ce sont douze nations qui sont officiellement qualifiées pour la compétition continentale, qui se déroulera du 12 juin au 12 juillet dans 12 pays différents.

Les deux nations nordiques rejoignent dans cet Euro les dix premiers qualifiés, parmi lesquels figurent l’Espagne et l’Italie, deux nations majeures qui ont répété leurs gammes vendredi contre Malte à domicile pour les Espagnols (7-0) et sur le terrain de la Bosnie-Herzégovine pour les Italiens (3-0).

Avec l’Espagne, l’Italie et donc désormais la Finlande et la Suède, on retrouve sur la ligne de départ Angleterre, Belgique, France, Pologne, République tchèque, Russie, Turquie et Ukraine. Tous prêts à succéder au Portugal, vainqueur en 2016 contre la France en finale mais pas encore qualifié pour l’édition 2020.

9 victoires sur 9 pour l’Italie

Mais avant de gagner, l’important, c’est de participer. En tout cas pour la Finlande, 55e nation au classement FIFA qui n’était jamais parvenue dans son histoire à se hisser au stade final d’une grande compétition, que ce soit l’Euro ou la Coupe du monde.

C’est chose faite pour ce pays de 5,5 millions d’habitants, qui dépasse dans le groupe J avec 18 points (6 victoires, 3 défaites) un ancien vainqueur de l’Euro, la Grèce (3e, 11 pts), sacrée par surprise en 2004.

Dans ce groupe, l’Italie a poursuivi son parcours parfait avec une neuvième victoire en autant de matches, contre la Bosnie-Herzégovine (5e, 10 pts).

L’autre mastodonte qui jouait vendredi, l’Espagne (1er, 23 pts), a aussi conforté sa première place, dans le groupe F, grâce notamment à quatre joueurs qui ont marqué leur premier but avec la Roja : Pau Torres (Villarreal) et Dani Olmo (Dinamo Zagreb) pour leurs débuts ainsi que Pablo Sarabia (Paris-SG) et Gerard Moreno (Villarreal).

Derrière l’Espagne, la Suède (2e, 18 pts) a donc assuré sa place en prenant ses distances sur son adversaire du soir, la Roumanie (3e, 14 pts).

Le Danemark se positionne

Un autre pays nordique, le Danemark, vainqueur surprise de l’Euro-1992, devra lui encore attendre avant de valider son billet. Mais avec leur large succès contre Gibraltar (6-0), les Danois (15 pts) ont pris la première place d’un groupe D très disputé.

En écartant difficilement la Géorgie (1-0), la Suisse (14 pts) a pris la deuxième place de ce groupe et empêché le Danemark de se qualifier dès maintenant.

Cet ordre des choses pourrait évoluer lundi, jour du dernier match : l’Irlande, passée 3e (12 pts), accueille le Danemark et la Suisse va à Gibraltar, dernier du groupe avec zéro point.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Les derniers vrais grands accords en Belgique datent de la fin des années nonante. Depuis, ce pays est complètement paralysé.
» © Dominique Duchesnes.

    Hendrik Vuye: «Vous avez eu Leterme, puis De Wever, demain vous aurez Van Grieken…»

  2. Cette Congolaise de 36 ans, Kavugho Mbafumoja, ici à l’hôpital général de Beni ce 3 décembre, a survécu à une attaque d’un groupe armé.

    L’est du Congo, nouvelle cible du combat djihadiste

  3. TRICHET

    Jean-Claude Trichet: «Les banques centrales pourraient émettre de la cryptomonnaie»

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite