Ingérence russe: Roger Stone, fidèle de Trump, reconnu coupable de mensonge

Donald Trump et Roger Stone
Donald Trump et Roger Stone - AFP

Roger Stone, ancien conseiller de longue date de Donald Trump, a été reconnu coupable vendredi de mensonge au Congrès et de subornation de témoin dans le cadre de l’enquête sur l’ingérence russe dans l’élection américaine de 2016.

Le consultant politique avait été arrêté en Floride en janvier et libéré sous caution. Plaidant non coupable, il avait été inculpé dans le cadre de cette tentaculaire enquête menée par le procureur spécial Robert Mueller.

Roger Stone, 67 ans, a été reconnu coupable par un jury des sept chefs d’accusation qui pesaient contre lui. Il était jugé en raison de son faux témoignage en 2017 devant les parlementaires qui enquêtaient sur les efforts du Kremlin pour nuire à la candidature de l’adversaire démocrate de Donald Trump, Hillary Clinton.

Ce fidèle du président américain est parmi les six membres de l’entourage, plus ou moins proche, de Donald Trump à avoir été inculpé ou condamné dans le sillage de l’enquête de M. Mueller.

M. Stone connaîtra sa peine le 6 février prochain et risque 20 ans de prison.

Trump réagit

Le locataire de la Maison Blanche n’a d’ailleurs pas tardé à réagir à cette décision de justice, Donald Trump dénonçant un système « en deux poids, deux mesures comme l’histoire de notre pays n’en a jamais vu ».

Homme au style flamboyant, habitué des costumes sur mesure, Roger Stone a donc été reconnu coupable d’avoir menti au Congrès sur ses contacts avec l’organisation WikiLeaks au sujet d’e-mails démocrates piratés lors de la présidentielle de 2016.

M. Stone a argumenté que les charges portées à son encontre l’avaient été à des fins politiques, mais les procureurs ont démontré qu’il avait menti et intimidé des témoins pour protéger Donald Trump de l’embarras.

Les jurés ont notamment vu des SMS dans lesquels Roger Stone a poussé un associé à mentir à propos de son rôle d’intermédiaire entre lui et le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange.

L’affaire a révélé de nouveaux détails sur les intérêts portés par l’équipe Trump dans les e-mails du parti démocrate piratés par la Russie et rendus publics par WikiLeaks.

En rendant ses conclusions au printemps, le procureur Mueller a estimé ne pas avoir trouvé de preuve d’une quelconque entente entre l’équipe Trump et Moscou mais il a détaillé une série de pressions troublantes exercées sur ses investigations par le président républicain.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191015-3WNJFK 2019-10-15 15:16:54

    Mobilité: la voiture cède lentement du terrain

  2. Sven Gatz ne voit pas le Multilinguisme comme un lot de consolation. Bien au contraire. «
Je voulais ce portefeuille
!
»

    Sven Gatz au «Soir»: «Bruxelles est une Région trilingue, multilingue»

  3. d-20191203-3XK945 2019-12-03 10:58:52

    Enseignement: regarder Pisa avec les lunettes de l’optimiste

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • PS et N-VA: casa Kafka

    Et donc voilà Paul Magnette qui reprend cet après-midi le chemin du palais royal. Après des mois utilisés par d’autres à « dégager le terrain » – une manière cosmétique d’occuper le vide –, le président du PS a fait le boulot. Il pourrait même ne pas venir les mains vides : il aura à tout le moins essayé un scénario qui aurait sorti le pays de la crise et d’une transition en affaires courantes de moins en moins légitime démocratiquement. Il aurait produit un gouvernement. Ric-rac, mais un gouvernement....

    Lire la suite