Christine Defraigne sur l’affaire Nethys: «Répugnant, dégueulasse, ce sont des attitudes de truands»

Christine Defraigne sur l’affaire Nethys: «Répugnant, dégueulasse, ce sont des attitudes de truands»
Bruno D’Alimonte

Première échevine de la ville de Liège, ancienne présidente du Sénat et candidate malheureuse à la présidentielle du MR, Christine Defraigne est l’invitée du Grand Oral RTBF/Le Soir ce samedi 16 novembre sur La Première et ce dimanche 17 novembre sur La Trois. Au menu : les indemnités reçues par Stéphane Moreau et le management de Nethys, la présidentielle du mouvement réformateur, l’incendie d’un centre de demandeurs d’asile à Bilzen.

« Répugnant, dégueulasse ». Pour Christine Defraigne, les pratiques du management de Nethys sont « des attitudes de truands ». Pour le principe. Elle s’offusque : « Il était prévu de diminuer leurs rémunérations et ils trouvent une entourloupe pour toucher des indemnités de rétentions. Le terme est extraordinaire, d’où sort-il ? »

Liège partie civile ?

La Région wallonne l’a confirmé, elle se constituera partie civile dans ce dossier. Qu’en est-il de la ville de Liège ? Pour la première échevine de la ville, il faudrait en faire de même : « Je pense que la province de Liège, la ville de Liège mais les autres communes aussi, toutes celles qui sont actionnaires devraient se porter partie civile. Cela doit normalement se faire via Enodia, qui représente l’ensemble des communes ». Au collège de la ville d’en débattre, à présent.

Au cours de son interview, pas une fois n’est cité le nom de Daniel Bacquelaine, pourtant souvent évoqué dans ce dossier. Il fait en effet partie parmi tant d’autres des potentielles « mains invisibles » liées au scandale. Est-il impliqué ? « Qu’est-ce que j’en sais ! », s’insurge la libérale. « Je voudrais le savoir autant que vous. J’aimerais que tout le monde se mette un jour autour de la table pour savoir qui a fait quoi. Je cherche la vérité tout autant que les Liégeoises et Liégeois abasourdis par la situation. Que chacun apporte sa pierre à l’édifice pour connaître la vérité. On a le droit de savoir maintenant ».

« En politique, rien n’arrive par hasard »

Christine Defraigne est également amenée à commenter l’actualité de son parti, en plein « entre deux tours » des élections présidentielles du MR. Candidate malheureuse, elle termine troisième avec 1.899 voix (soit 14,01 % des votes exprimés). Pour elle, il n’y a pas de hasard, les candidatures de Philippe Goffin et de Clémentine Barzin ont été téléguidées pour l’empêcher de gagner : « En politique, rien n’arrive par hasard… Les Romains le disaient déjà : diviser pour mieux régner ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. C’est un «
jeudi noir
» qui s’annonce dans le pays. Le pays est promis au blocage. Et la contestation devrait durer.

    Pourquoi la France part en grève générale ce 5 décembre

  2. Kompany devrait être titularisé au coeur de la défense anderlechtoise.

    Coupe de Belgique: Anderlecht joue déjà son avenir européen

  3. Les erreurs relevées dans cette simulation se multiplient
: bracelet avec un mauvais nom de patient, médicaments personnels laissés sur la table de nuit alors qu’ils devraient être confisqués, potence inaccessible et pourtant indispensable pour que le malade puisse se relever dans son lit.

    A l’hôpital, une «chambre des erreurs» pour stimuler la vigilance des soignants

La chronique
  • L’éclipse du soft power américain

    Samedi dernier, le New York Times a répondu sèchement au gouvernement chinois, qui avait traité de fake news les informations que le journal avait publiées sur la persécution des minorités musulmanes dans le Xinjiang, alors que ces révélations, accablantes, étaient fondées sur des documents internes du régime. Habituellement très pondéré, l’éditorialiste n’a pas hésité à faire le parallèle avec l’époque nazie, « lorsque Hitler parlait de la Lügenpresse, la presse menteuse, pour discréditer le journalisme indépendant ».

    Sa cible réelle, toutefois, était Donald Trump, accusé d’user et d’abuser de l’expression fake news pour vilipender les médias qui le dérangent, au risque de servir d’alibi aux régimes autoritaires qui verrouillent l’information. « Quand un président américain attaque la presse indépendante, les despotes s’empressent de l’imiter », notait le journal, en évoquant une kyrielle de pays, de la Russie au Burundi, qui ont trouvé dans le spectre des fake news une justification très commode de leurs attaques contre les médias...

    Lire la suite

  • La participation au secours de la démocratie

    La démocratie n’est plus une évidence. Accablée de toutes les impuissances du monde, elle ne s’impose plus comme un système légitime et efficace. Boucs émissaires : les élus, en lesquels les électeurs ont de moins en moins confiance. C’est donc la démocratie représentative qui semble en crise. Et la démocratie participative qui semble l’issue.

    Réconciliera-t-on le citoyen avec la politique en l’y intégrant ? C’est le pari de celles et ceux qui multiplient les initiatives de participation...

    Lire la suite