Deux travailleurs sur trois licenciés après une maladie de longue durée

Deux travailleurs sur trois licenciés après une maladie de longue durée
Photo d’illustration ©Le Soir

Deux travailleurs sur trois en mesure de retourner au travail après une longue maladie, grâce à un parcours de réintégration, sont licenciés par leur employeur, selon des statistiques compilées par le syndicat chrétien ACV et publiées samedi dans De Standaard, Het Nieuwsblad ainsi que Gazet van Antwerpen.

La Belgique compte environ 415.000 personnes souffrant d’une maladie de longue durée. Les indemnités de maladie et d’invalidité s’élèvent à plus de 8 milliards d’euros. Pour réduire ces coûts, le gouvernement fédéral a décidé en 2016 d’encourager la réintégration de ces travailleurs mais il n’existe presque aucun chiffre officiel sur l’efficacité des mesures.

« Une machine à licenciement »

D’après les calculs du syndicat pour 2017, 2018 et le premier semestre de cette année, au moins 52.293 personnes ont entamé un parcours de réintégration et 67 % d’entre elles ont été licenciées. Un cinquième de ces travailleurs ont repris le travail, tandis qu’environ 11 % sont toujours en attente, détaille l’ACV, qui conclut que le système ne remplit pas son objectif.

« Un tel parcours de réintégration est avant tout une machine à licenciement, alors qu’il avait l’objectif inverse », déplore Herman Fonck du syndicat chrétien. Un licenciement peut également intervenir à la demande du travailleur ou s’expliquer par l’impossibilité d’adapter le travail au sein de l’entreprise. « Mais l’employeur en abuse aussi », souligne l’ACV.

Sur le même sujet
MaladiesBelgique
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Aux éditions Weyrich, Hugues Wenkin et Christian Dujardin réexpliquent l’importance du front nord dans l’issue de la bataille des Ardennes. © Dominique Duchesnes.

    75 ans de la bataille des Ardennes: pourquoi ce fut aussi la bataille des ponts

  2. Les avocats d’Albert II, Me Alain Berenboom et Me Guy Hiernaux

    L’avocat d’Albert II sort du silence: «Il n’a jamais considéré Delphine comme sa fille»

  3. Les racines de Pierre Wynants sont place Rouppe, où la prodigieuse cave compte pas moins de 25.000 bouteilles. Son petit-fils Loïc y travaille en salle et comme sommelier.

    Les racines élémentaires de Pierre Wynants: «J’ai été viré de l’école, ça a été ma chance»

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite