Affaiblis en défense, les Diables Rouges doivent assurer en Russie

Affaiblis en défense, les Diables Rouges doivent assurer en Russie
Photo News

La Belgique va disputer ce samedi à Saint-Pétersbourg (18h heure belge) son match le plus compliqué de sa campagne qualificative pour l’Euro 2020. L’équipe de Roberto Martinez, bien que qualifiée, aura deux objectifs majeurs à remplir sur la pelouse d’un Stade Krestovski sold out (68.000 places) dans son 9e et avant-dernier match du groupe I.

Les Diables, qui retrouvent Saint-Pétersbourg après leur élimination par la France en demi-finales du Mondial 2018 et leur victoire contre l’Angleterre dans la petite finale, devront assurer leur première place du groupe et leur statut de tête de série avant le tirage au sort de l’Euro, effectué le 30 novembre à Bucarest.

Eviter la défaite à tout prix

Pour terminer au sommet du groupe I, il faudra absolument éviter la défaite contre des Russes qui affichent trois unités de moins. Il suffira donc d’un point pour terminer en tête du groupe. Les Diables devront ensuite éviter le faux pas contre Chypre mardi soir à Bruxelles (20h45) afin de mettre toutes les chances de leur côté pour obtenir le statut de tête de série, réservé aux six meilleurs vainqueurs de groupe.

Si Roberto Martinez peut compter sur un effectif au complet au milieu de terrain et en attaque, le sélectionneur va devoir quelque peu bricoler en défense. Jan Vertonghen, Vincent Kompany et Thomas Meunier blessés, le Catalan est orphelin de membres historiques de son arrière-garde. L’incertitude plane autour de Thomas Vermaelen, tout juste remis d’un pépin physique. Toby Alderweireld, sur le banc lors des deux derniers matches de Tottenham, devrait débuter, au même titre que Dedryck Boyata. Jason Denayer, malgré un début de saison poussif de l’Olympique Lyonnais, apparaît comme une solution de rechange. Leander Dendoncker, repositionné en défense centrale chez les Wolves depuis deux rencontres, pourrait lui aussi dépanner.

7 matches sans encaisser

La Belgique, qui n’a plus encaissé le moindre goal depuis sept matches et sa victoire 3-1 contre la Russie le 21 mars lors de la première journée, pourra aligner Kevin De Bruyne et Eden Hazard de concert, une première depuis le mois de juin.

Mardi, les Belges ponctueront leur campagne contre Chypre, actuel 3e du groupe avec 10 points.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191015-3WNJFK 2019-10-15 15:16:54

    Mobilité: la voiture cède lentement du terrain

  2. Sven Gatz ne voit pas le Multilinguisme comme un lot de consolation. Bien au contraire. «
Je voulais ce portefeuille
!
»

    Sven Gatz au «Soir»: «Bruxelles est une Région trilingue, multilingue»

  3. d-20191203-3XK945 2019-12-03 10:58:52

    Enseignement: regarder Pisa avec les lunettes de l’optimiste

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • PS et N-VA: casa Kafka

    Et donc voilà Paul Magnette qui reprend cet après-midi le chemin du palais royal. Après des mois utilisés par d’autres à « dégager le terrain » – une manière cosmétique d’occuper le vide –, le président du PS a fait le boulot. Il pourrait même ne pas venir les mains vides : il aura à tout le moins essayé un scénario qui aurait sorti le pays de la crise et d’une transition en affaires courantes de moins en moins légitime démocratiquement. Il aurait produit un gouvernement. Ric-rac, mais un gouvernement....

    Lire la suite