Donald Trump gracie plusieurs militaires américains accusés de crimes de guerre

Donald Trump gracie plusieurs militaires américains accusés de crimes de guerre
Reuters

Le président américain Donald Trump a gracié vendredi un ex-soldat américain condamné pour meurtre et un autre accusé d’avoir assassiné à l’arme blanche un taliban, en dépit des critiques d’anciens responsables militaires américains.

Le président américain a décidé de gracier le premier lieutenant Clint Lorance, condamné pour avoir ordonné en 2012 de tirer sur un groupe de trois civils afghans, dont deux sont morts. Cet officier a déjà effectué six ans de prison sur les 19 années de sa peine. « De nombreux Américains ont réclamé une mesure de clémence en faveur de Lorance, dont 124.000 personnes ayant signé une pétition adressée à la Maison Blanche, ainsi que plusieurs membres du Congrès américain », a justifié la présidence américaine vendredi dans un communiqué. Donald Trump a également gracié un ancien membre des Bérets Verts, unité d’élite de l’armée américaine, accusé du meurtre prémédité en 2010 d’un taliban soupçonné de fabriquer des bombes.

Enfin, le président américain a annulé la décision de rétrograder Edward Gallagher, un soldat membre d’une autre unité d’élite, les « Navy Seals », accusé d’avoir poignardé à mort en Irak un jeune détenu de l’organisation de l’Etat islamique, et d’avoir exécuté d’autres civils. Edward Gallagher a été blanchi en juillet de la plupart de ces accusations, mais condamné pour avoir posé avec d’autres « Seals » pour une photo le montrant avec le cadavre de ce jeune détenu.

« Un affront à l’Etat de droit »

« Félicitations au ‘Navy Seal’ Eddie Gallagher, à sa merveilleuse femme Andrea et à toute sa famille. Vous avez enduré tout cela ensemble. Je suis heureux d’avoir pu aider ! », avait tweeté Donald Trump en juillet. « Il n’y a pas de mots suffisants pour exprimer ma gratitude et celle de ma famille à notre président, Donald J. Trump, pour sa décison et son intervention », a réagi Gallagher sur Instagram.

L’amiral américain en retraite James Stavridis s’est en revanche vivement opposé à ces projets de grâce lorsqu’ils avaient été évoqués par le président américain. « J’ai commandé plusieurs de ses soldats que (Donald) pourrait gracier », avait alors affirmé cet ancien haut-responsable de l’Otan. « Les gracier affaiblira l’armée », avait-t-il ajouté dans une tribune à Time Magazine. Ces grâces seraient « un affront à l’idée d’ordre et de discipline et à celle d’Etat de droit », avait réagi pour sa part Pete Buttigieg, ancien vétéran de la marine américaine et candidat à la primaire démocrate à la présidentielle de 2020.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les arrestations ne sont pas indicatrices du nombre de migrants en transit
: certains migrants ont pu être interpellés dix fois sur l’année, d’autres jamais.

    Le nombre d’arrestation de migrants en transit en hausse de 37% en 2018

  2. Applaudi par ses ministres et les députés de la majorité, Charles Michel quitte la Chambre, son porte-documents à la main. C’était le 18 décembre 2018. © Belga.

    Il y a un an, Charles Michel remettait sa démission au Roi

  3. Pour les signataires, il faut que tout le monde, à tout âge, bénéficie d’une Education à la vie relationnelle, affective et sexuelle (Evras) neutre et complète pour leur permettre de vivre une sexualité responsable. © Thomas Van Ass.

    Avortement: 1.500 professionnels de la santé soutiennent la réforme

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Allez, allez, une seule issue: oser le schwung!

    On ne peut pas dire que les planètes sont bien alignées pour la petite Belgique. Cela fait un an que nous sommes sans gouvernement, six mois qu’on a voté, avec deux nouveaux informateurs qui tentent de trouver une sortie de crise – le Graal, on n’y croit plus – et le sondage que nous publiions ce week-end donnait pour la première fois de notre histoire une domination des partis nationalistes séparatistes dans le groupe linguistique néerlandophone qui pèse désormais près du tiers du Parlement fédéral.

    ...

    Lire la suite