Gilets jaunes: la situation dégénère à Paris (photos)

Gilets jaunes: la situation dégénère à Paris (photos)
AFP

Premières lacrymogènes pour leur anniversaire : les « gilets jaunes » ont commencé à manifester samedi à Paris où des milliers de personnes sont attendues pour donner un second souffle à cette lutte sociale inédite lancée il y a un an autour des ronds-points de France. « Ça va péter, ça va péter », « On est là même si Macron il veut pas », « Joyeux anniversaire » chantaient des manifestants dans la capitale.

« Bien sûr qu’on continue, les gens ont pris conscience qu’ils n’étaient pas seuls dans la misère », a déclaré à l’AFP un « gilet jaune » du Loiret, la soixantaine et 52 « actes » au compteur.

France: l’anniversaire mouvementé des gilets jaunes en images

Avant même le départ des premières marches autorisées, les forces de l’ordre sont intervenues à Paris à coup de lacrymogènes pour disperser de petits groupes de manifestants, notamment porte de Champerret et place d’Italie, points de départ de manifestations. Premières poubelles et palettes incendiées, abribus saccagé. En fin de matinée, la préfecture de police faisait état de quelque 1.500 contrôles préventifs, 41 interpellations et 5 verbalisations sur des périmètres interdits aux manifestations.

Un individu à Paris, le samedi 16 novembre
Un individu à Paris, le samedi 16 novembre - EPA

Les CRS ont délogé vers 10 heures quelques dizaines de « gilets jaunes » qui avaient investi à pied le périphérique à la Porte de Champerret. Dans le même temps, la situation s’est brusquement tendue place d’Italie, où des feux ont été allumés sur la place, du matériel de chantier saisi par des manifestants et du mobilier urbain abîmé, entraînant une intervention des forces de l’ordre à grand renfort de lacrymogènes.

Plusieurs centaines de personnes, vêtues ou pas du vêtement fluo, occupaient la place à midi, attendant le départ d’un cortège à 14 heures. Quelques pavés ont été lancés sur des portes vitrées du centre commercial « Italie Deux », fermé.

« Retour aux ronds-points »

Dans le reste de la France, les premières manifestations ont démarré dans la matinée. Dans le sud-est, les « gilets jaunes » ont réinvesti certains ronds-points, distribuant tracts aux automobilistes, sans dégradation ni importante perturbation.

Des gilets jaunes près d’Avignon, le 16 novembre
Des gilets jaunes près d’Avignon, le 16 novembre - AFP

Près de Bordeaux, ancien bastion de la mobilisation des « gilets jaunes », environ une centaine de manifestants, rassemblés sous une pluie battante et encadrés par un important dispositif de gendarmes ont brièvement effectué une opération pacifique de péage gratuit à Langon, dans le sud de la Gironde, sur l’A62 Toulouse-Bordeaux, avant d’improviser une opération-escargot en traversant aux différents ronds-points du secteur.

Des rassemblements sont aussi programmés à Lille, Lyon, Nantes et Toulouse.

Sur le même sujet
PolitiqueParis
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. FILES-CRASH-HELICOPTER-KOBE-BRYANT (2)

    Décès de Kobe Bryant: le Black Mamba ne mordra plus

  2. Il y a une semaine, Georges-Louis Bouchez offrait des fleurs au Roi Philippe, pour l’anniversaire de Mathilde.

    Coalition fédérale: Magnette recale l’idée d’un duo royal avec De Wever

  3. 83090060_855752328196826_8677988821796651008_n

    Brexit: il y a 47 ans, les Britanniques rejoignaient les Européens sans fanfare

La chronique
  • Exclusion vs Réconciliation

    Le lieu n’est pas ici de commenter la décision de la commission de vigilance du Parti socialiste d’exclure Emir Kir. Tout au plus faut-il noter que le bourgmestre de Saint-Josse paie au prix fort le lien qu’il a conservé avec sa communauté d’origine alors que nul ne pourra contester qu’il est un député de qualité et un bourgmestre compétent, très apprécié par ses administrés, bien au-delà de sa communauté d’origine.

    Il apparaît aujourd’hui comme la victime collatérale et symbolique d’une problématique beaucoup plus large qui touche tous les partis. La tentation du double discours est récurrente. Côté cour, il y a le programme politique du parti. Côté jardin, il y a des murmures dissonants qui visent à capter un électorat en le brossant dans le sens du poil, quitte à contredire des...

    Lire la suite

  • Vraiment, nous vivons en de sombres temps

    Auschwitz, il y a 75 ans. Si une angoisse particulière s’ajoute cette fois, c’est que cette commémoration a des allures de paratonnerre. Comme si, en dénonçant à nouveau les horreurs innommables que des hommes ont pu faire subir à d’autres hommes, on tentait de conjurer le sort pour, si pas le présent, du moins un futur peut-être proche.

    « J’aimerais pouvoir assurer que nous, les Allemands, avons appris de l’Histoire une fois pour toutes. Mais je ne peux dire cela alors que la haine se répand....

    Lire la suite