Une bague d’Oscar Wilde retrouvée 20 ans après avoir été volée (photos)

Une bague d’Oscar Wilde retrouvée 20 ans après avoir été volée (photos)

Une bague en or offerte jadis par le célèbre écrivain irlandais Oscar Wilde à un ami a été retrouvée par un expert d’art néerlandais près de 20 ans après avoir été dérobée à l’université britannique d’Oxford.

La bague de 18 carats, cadeau en 1876 de l’écrivain à un autre étudiant, était une pièce maîtresse de la collection de Magdalen, l’un des plus prestigieux collèges d’Oxford en Angleterre, où étudia Oscar Wilde.

Elle a été dérobée lors d’un cambriolage en 2002, après quoi son sort demeura un mystère. Grandes étaient les craintes que l’anneau, évalué à l’époque à plus de 40.000 euros, n’ait été fondu.

La bague, dont la forme évoque la boucle d’une ceinture, a finalement refait surface grâce aux recherches de l’expert d’art néerlandais Arthur Brand. Surnommé l’«Indiana Jones du monde de l’art» pour ses exploits d’enquêteur, il a actionné ses contacts dans le «monde souterrain» pour retrouver la trace du bijou.

Le collège Magdalen s’est dit «reconnaissant» et «très heureux d’avoir récupéré un objet volé faisant partie d’une collection concernant l’un des anciens étudiants les plus célèbres», rapporte auprès de l’AFP Mark Blandford-Baker, trésorier. «Nous avions perdu tout espoir de le revoir», raconte-t-il.

La bague sera rendue «lors d’une petite cérémonie» le 4 décembre au collège, où elle redeviendra une pièce importante de la collection de souvenirs d’Oscar Wilde, écrivain, romancier, dramaturge et poète, connu notamment pour son roman «Le Portrait de Dorian Gray» (1890).

Le bijou était un cadeau de l’écrivain -- dont le nom complet est Oscar Fingal O’Flahertie Wills Wilde -- et d’un camarade de classe, Reginald Harding, à leur ami William Ward, du temps de leurs années d’étude à Oxford. L’anneau porte une inscription en grec, qui dit : «Don d’amour, à celui qui souhaite l’amour». A l’intérieur sont gravées les initiales : «OF OF WW + RRH to WWW».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20150129-37L6LD 2015-01-29 10:05:39

    Banque: un accès au cash toujours plus complexe

  2. Joachim Coens et Georges-Louis Bouchez.

    Bouchez-Coens: deux novices pour sortir de la crise politique

  3. Pour les sénateurs démocrates comme Elizabeth Warren, il faut que la procédure s’achève vite pour leur permettre de faire leur campagne pour les primaires de leur parti.

    Chefs d’accusation contre Trump: pourquoi les démocrates sont pressés d’en finir

La chronique
  • Vincent de Coorebyter: «La grande misère du choix électoral»

    Le point qui a le plus surpris dans l’interview que Marc Uyttendaele et moi-même avons donnée au Soir le 23 novembre est apparemment la perspective d’organiser un référendum sur le cadre institutionnel de la Belgique.

    De fait, il y avait de quoi être surpris. Je ne suis pas un partisan déclaré du référendum, et je me rappelle fort bien Marc Uyttendaele, en 1993, s’opposant farouchement, comme Xavier Mabille, à l’idée de demander au peuple de se prononcer sur le cadre fédéral dans lequel basculait officiellement la Belgique à l’époque.

    Je ne veux pas revenir, ici, sur le référendum en tant que tel, qui est à mes yeux un procédé de la dernière chance en...

    Lire la suite

  • Le grand fossé de l’impeachment, dans l’Amérique de Trump

    Montez ! Sautez dans le traîneau des esprits de Noël, et laissez-vous mener par-delà les villes et les champs, pour entrer dans les chaumières et prendre le pouls des foyers américains ! Cette radioscopie à la Dickens, dont rêvent tous les sondeurs depuis l’élection surprise de Donald Trump en 2016, ne vous réjouirait guère : jamais depuis la guerre de Sécession (1861-1865), nos cousins n’ont été plus divisés, ne se sont ainsi entre-déchirés, au point de reconsidérer, de plus en plus fréquemment, leur participation au sacro-...

    Lire la suite