Hong Kong: l’armée chinoise confirme être sortie de sa caserne pour nettoyer les rues

Hong Kong: l’armée chinoise confirme être sortie de sa caserne pour nettoyer les rues
Reuters

Des soldats chinois ont participé samedi à Hong Kong au nettoyage des rues après une semaine de chaos orchestré par des manifestants pro-démocratie, une rare sortie publique hors de leur caserne, a indiqué l’armée. Un grand nombre d’hommes vêtus de shorts noirs et de T-Shirts kakis ont été vus en train de courir, de ramasser des briques, des débris, et de réparer des barrières.

« Des soldats de l’Armée populaire de libération (APL) ont aidé des habitants à dégager les voies et ont été applaudis par les riverains », a confirmé l’armée sur le réseau social Weibo, après des informations de presse faisant état de l’opération.

Hong Kong est une ex-colonie britannique rendue à la Chine en 1997. A cette date, l’APL a établi une garnison dans le territoire autonome. Mais les militaires restent d’ordinaire discrets et sont rarement vus en public dans les rues.

Les soldats ont chargé des seaux de débris et de briques, avant de verser le tout dans des bennes à ordures. L’opération, parfaitement organisée, a duré moins d’une heure. Les hommes sont ensuite retournés dans leur caserne en chantant « un, deux, trois, quatre » en mandarin, le chinois généralement parlé en Chine continentale. De nombreuses personnes sont sorties dans les rues afin d’applaudir l’initiative.

« On ne sait pas quel type d’armes ils ont »

Un militant pro-démocratie de 24 ans, témoin de l’opération, était lui plus perplexe : « On ne veut pas viser (la caserne), parce qu’on pourrait avoir de gros ennuis ». « On ne sait pas quel type d’armes ils ont », a déclaré à l’AFP le jeune homme, qui n’a souhaité être identifié que par son nom de famille Leung.

Hong Kong vit depuis juin sa pire crise politique depuis 1997. Les manifestants exigent notamment le suffrage universel pour l’élection du chef de l’exécutif local. La mobilisation a pris un nouveau tour cette semaine, avec le lancement d’une opération de blocage des transports et de vandalisme. Les tensions sont cependant retombées samedi.

Le gouvernement central à Pékin et le ministère chinois de la Défense ont plusieurs fois rappelé que l’APL avait le droit d’intervenir à Hong Kong pour y rétablir l’ordre.

Sur le même sujet
PolitiqueHong Kong
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Les derniers vrais grands accords en Belgique datent de la fin des années nonante. Depuis, ce pays est complètement paralysé.
» © Dominique Duchesnes.

    Hendrik Vuye: «Vous avez eu Leterme, puis De Wever, demain vous aurez Van Grieken…»

  2. Cette Congolaise de 36 ans, Kavugho Mbafumoja, ici à l’hôpital général de Beni ce 3 décembre, a survécu à une attaque d’un groupe armé.

    L’est du Congo, nouvelle cible du combat djihadiste

  3. TRICHET

    Jean-Claude Trichet: «Les banques centrales pourraient émettre de la cryptomonnaie»

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite