Gilets jaunes: la situation dégénère à Paris (photos)

Gilets jaunes: la situation dégénère à Paris (photos)
EPA

Tirs de lacrymogènes contre jets de pavés, feux de poubelles et mobilier urbain saccagé : les manifestations de « gilets jaunes » samedi, un an après la naissance de ce mouvement de contestation sociale inédit, étaient marquées en début d’après-midi par une vive tension à Paris. Dans le sud de la capitale, la place d’Italie était le théâtre de flambées de violences sporadiques, noyées sous un déluge de lacrymogènes, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Le centre commercial d’Italie 2, sur la place, a fermé ses portes dès les premiers signes de violence. Vers 13 heures, ses portes d’entrée et les vitrines d’une résidence hôtelière voisine ont été attaquées à coup de pavés par plusieurs dizaines de personnes cagoulées et vêtues de noir, a constaté l’AFP.

France: l’anniversaire mouvementé des gilets jaunes en images

À plusieurs reprises depuis le milieu de matinée, les forces de l’ordre sont intervenues pour disperser de petits groupes de manifestants, parfois encagoulés, très mobiles, plus ou moins mêlés aux dizaines de « gilets jaunes » rassemblés sur la place. « Au vu des violences et exactions », la préfecture de police a décidé d’annuler la manifestation de gilets jaunes qui devait partir à 14 heures de la place.

« Ça va péter, ça va péter »

Dans le nord-ouest de Paris, les forces de l’ordre sont également intervenues pour déloger quelques dizaines de « gilets jaunes » qui avaient envahi à pied le boulevard périphérique ceignant la capitale, près de la Porte de Champerret. « Ça va péter, ça va péter », « On est là même si Macron il veut pas », « Joyeux anniversaire », chantaient des manifestants.

Des appels à manifester au cours du week-end ont été lancés partout en France et « plusieurs milliers » de personnes étaient attendues dans la capitale pour les un an de cette révolte, initialement partie de la contestation d’une taxe sur le carburant, avant de devenir un ample mouvement de contestation qui a ébranlé le mandat du président Emmanuel Macron.

Le 17 novembre 2018, près de 300.000 personnes selon les autorités, chasuble fluo sur le dos, avaient répondu à un appel lancé sur Facebook, hors de tout cadre politique ou syndical, et occupé des centaines de ronds-points, symboles de la France périurbaine au pouvoir d’achat en berne.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. delalb

    Le roi Albert II reconnaît être le père de Delphine Boël, quel nom portera-t-elle?

  2. POLITICS PARTY MEETING PS

    Coalition fédérale: le PS dévoile les propositions «imbuvables» de la N-VA

  3. Le Dow Jones et le Nasdaq abandonnaient respectivement 1,5 et 1,9
% dès l’ouverture de la séance à Wall Street, face à l’incertitude causée par le coronavirus.

    Coronavirus: les marchés frissonnent à l’idée que la croissance chinoise se grippe

La chronique
  • Brux-ils Brux-elles : une priorité, la lutte contre les discriminations

    En filigrane de l’affaire Kir ne pouvait-on lire un peu de communautarisme ? Et faire le procès de l’un n’équivalait-il pas à ouvrir celui de l’autre ? La question s’est posée lors de chacune des (nombreuses) discussions avec des élus, socialistes mais pas que, des experts, de la communauté turque mais pas que… Avec, à plusieurs reprises, cette réponse, cinglée : « c’est le procès de la diversité que vous faites, et ça, c’est hors de question ». Non, il n’était, évidemment pas question de faire le procès de la diversité. C’est donc que le terme était mal choisi…

    Apparu dans la langue française au cours des années nonante, le mot « communautarisme » se hisse régulièrement dans les statistiques hautes d’occurrence sur le web et fait l’objet de nombreuses recherches académiques. Fabrice Dhume, sociologue, chercheur à Paris Diderot, s’est livré à une véritable enquête sur ce qu’il qualifie « de...

    Lire la suite

  • La leçon des «Sardines»: le populisme n’est pas une fatalité

    On dit souvent que l’Italie constitue le laboratoire politique de l’Europe. Et en Italie, Bologne apparaît comme le laboratoire du laboratoire. C’est dans la capitale émilienne, en effet, que le Parti communiste avait pris, à l’époque, ses distances avec Moscou. C’est là aussi que Romano Prodi avait inventé « l’Olivier », l’union de la gauche copiée un peu partout sur le continent. C’est là, encore, sur la place centrale, que Beppe Grillo avait lancé...

    Lire la suite