Masters ATP: Stefanos Tsitsipas bat Roger Federer et se qualifie pour la finale (vidéos)

©Photonews
©Photonews

Stefanos Tsitsipas (ATP 6) s’est qualifié pour la finale du Masters de Londres. Samedi sur le court en dur de l’O2 Arena, le Grec a pris la mesure du Suisse Roger Federer (ATP 3) en deux sets et 1h36 de jeu, 6-3, 6-4, validant son ticket pour la finale.

Malgré un long match vendredi contre Nadal (2h54) alors que Federer a bénéficié d’un jour de repos supplémentaire, c’est bien l’Athénien de 21 ans qui a signé la meilleure entame. Breakant d’entrée le Bâlois et sauvant six balles de break, Tsitsipas a ponctué le set au terme d’un neuvième jeu très accroché.

Pour ses débuts au Masters, le protégé de Patrick Mouratoglou n’a pas baissé de rythme dans le second set contre le sextuple lauréat du traditionnel rendez-vous de fin de saison. Dans ce 4e duel de la saison entre les deux hommes, Tsitsipas a pris deux fois la mise en jeu de Federer dans le 2e set. Davantage décisif, notamment sur les balles de break contre lui (il en a sauvé 11 sur 12), il a ponctué la rencontre sur un ace victorieux.

En cas de victoire dimanche, Tsitsipas pourrait devenir le septième joueur à remporter le Masters à l’occasion de ses débuts dans la compétition qui rassemble le top 8 de la saison écoulée. Stan Smith (1970), Ilie Nastase (1971), Guillermo Vilas (1974), John McEnroe (1978), Alex Corretja (1998) et Grigor Dimitrov, qui avait battu David Goffin en finale de l’édition 2017, ont déjà signé pareille performance.

« Je me souviens avoir été un de ces petits garçons qui regardaient ce tournoi. Je n’ai jamais imaginé le jouer un jour mais ce rêve s’est exaucé », a déclaré le Grec sur le court après sa victoire.

Samedi soir (21h), la seconde demie opposera Dominic Thiem (ATP 5) à l’Allemand Alexander Zverev (ATP 7). L’Autrichien, qui dispute les demies pour la première fois, mène 5-2 aux confrontations directes face au tenant du titre.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Les derniers vrais grands accords en Belgique datent de la fin des années nonante. Depuis, ce pays est complètement paralysé.
» © Dominique Duchesnes.

    Hendrik Vuye: «Vous avez eu Leterme, puis De Wever, demain vous aurez Van Grieken…»

  2. Cette Congolaise de 36 ans, Kavugho Mbafumoja, ici à l’hôpital général de Beni ce 3 décembre, a survécu à une attaque d’un groupe armé.

    L’est du Congo, nouvelle cible du combat djihadiste

  3. TRICHET

    Jean-Claude Trichet: «Les banques centrales pourraient émettre de la cryptomonnaie»

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite