Prague: plus de 250.000 Tchèques manifestent contre le Premier ministre (photos)

Plus de 250.000 Tchèques, selon la police, ont investi samedi le centre de Prague pour demander le départ du Premier ministre milliardaire Andrej Babis, accusé de corruption, la veille du 30e anniversaire de la Révolution de velours qui a renversé le communisme dans l’ancienne Tchécoslovaquie.

>République Tchèque : l’Union européenne réclame le remboursement de 17,4 millions d’euros

Ancien communiste, le populiste Babis est confronté à une série d’accusations de corruption et à une enquête de la Commission européenne sur un conflit d’intérêts possible autour de son holding Agrofert regroupant différentes activités dans ses vastes exploitations agricoles, dans les médias et dans le secteur chimique.

Le chef du gouvernement tchèque rejette les accusations.

Babis est aussi identifié comme agent, dans des dossiers secrets de la police des années 1980, ce que le milliardaire a fermement démenti.

Son gouvernement de coalition minoritaire est soutenu au parlement par le parti communiste.

« Plus de 200.000 personnes » participent à la manifestation « alors que d’autres continuent à affluer » sur la plaine de Letna, dans le centre de Prague, a indiqué la police tchèque sur son compte twitter.

Le mouvement Million de moments pour la démocratie, organisateur de la manifestation, a appelé le Premier ministre à trouver une solution à ses conflits d’intérêts ou à se retirer.

La manifestation se tient la veille du trentième anniversaire de la Révolution de velours : des manifestations sans précédent et une grève générale qui ont mis fin à quatre décennies de totalitarisme imposé par l’Union soviétique dans ce qui était alors la Tchécoslovaquie.

Quelque 250.000 personnes s’étaient également rassemblées à Prague en juin pour demander à Babis de se retirer, lors de la plus grande manifestation jamais organisée depuis la Révolution de velours.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sven Gatz ne voit pas le Multilinguisme comme un lot de consolation. Bien au contraire. «
Je voulais ce portefeuille
!
»

    Sven Gatz au «Soir»: «Bruxelles est une Région trilingue, multilingue»

  2. d-20191015-3WNJFK 2019-10-15 15:16:54

    La voiture cède lentement du terrain

  3. d-20191203-3XK945 2019-12-03 10:58:52

    Enseignement: regarder Pisa avec les lunettes de l’optimiste

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite