Décès à 96 ans de Harrison Dillard, quadruple champion olympique de sprint

©AFP
©AFP

Harrison Dillard, médaille d’or sur 100 m aux JO 1948 et sur 110 m haies aux JO 1952, est mort vendredi à 96 ans, a annoncé samedi le Comité olympique et paralympique américain (USOPC).

Dillard, décédé des suites d’un cancer de l’estomac à Cleveland, était une star du sprint à la fin des années 40. Son heure de gloire eut lieu lors de la finale de la course reine aux JO 1948, qu’il remporta devant son compatriote Barney Ewell. Une victoire validée par la toute première photo finish de l’histoire.

Quatre ans plus tard, c’est sur 110 m haies qu’il s’imposa aux Jeux d’Helsinki, devenant le premier athlète masculin champion olympique sur ces deux épreuves. Et le seul puisque personne d’autre n’a pour l’heure réussi pareil exploit.

Au total, Dillard a décroché quatre titres olympiques, en ajoutant ses victoires avec l’équipe américaine aux relais 4x100 m en 1948 et 1952.

« L’héritage que Harrison Dillard laisse avec ses médailles d’or sur 100 m et 110 m haies est la preuve d’un accomplissement extraordinaire », a indiqué l’USOPC dans son communiqué.

Né le 8 juillet 1923 à Cleveland (Ohio), Dillard a d’abord servi son pays lors de la Seconde guerre mondiale, avant de défendre ses couleurs sur les pistes.

Tireur d’élite au sein de la 92e division d’infanterie de l’armée américaine, surnommée « Buffalo Soldiers » car composée uniquement de soldats noirs, il a été déployé en Europe. Sur ce vieux continent où il suivrait finalement les pas de l’idole Jesse Owens, pour réaliser ses propres exploits.

Après sa carrière, Dillard s’est notamment reconverti en recruteur la franchise de baseball des Cleveland Indians.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Flocons d'amour
», un des films du genre produit par Netflix.

    Netflix a lancé l’opération «Fêtes»

  2. d-20170315-3DKLLK 2019-12-05 20:14:59

    Nethys: la tutelle juge les indemnités illégales mais ne peut pas tout annuler

  3. RTR1SY1T

    «J’ai pris la fuite lors de la nuit de noces mais ma mère m’a ramenée à mon mari»

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Les «confédéralistes» ont leur modèle. Et les autres?

    Il y a quelques années, lorsque la N-VA sortait son séparatisme ou sa version cosmétique, le confédéralisme, la réplique fusait : « Et vous allez faire quoi de la dette ? Et vous allez faire quoi de Bruxelles ? » Avec zéro réponse, ce qui rassurait les opposants : les nationalistes avaient montré leurs dents, mais n’avaient pas de quoi mordre.

    Mais voilà, à la N-VA, on ne laisse aucun terrain stratégique en jachère. Dans ce parti, on sait que pour convaincre, il faut...

    Lire la suite