Procédure de destitution: un conseiller de Trump a voulu rendre secrète la conversation ukrainienne

Procédure de destitution: un conseiller de Trump a voulu rendre secrète la conversation ukrainienne

Un conseiller de Donald Trump a recommandé de restreindre l’accès à la conversation avec le chef de l’Etat ukrainien qui a déclenché l’actuelle procédure de destitution du président américain, selon son témoignage devant le Congrès rendu public samedi.

Timothy Morrison, un spécialiste de l’Ukraine à la Maison Blanche, a déclaré au Congrès qu’il avait immédiatement réalisé le caractère ultrasensible de l’appel téléphonique entre Donald Trump et le président ukrainien Volodymyr Zelensky le 25 juillet.

Dans cet appel, dont la transcription a finalement été publiée par la Maison Blanche fin septembre, M. Trump avait demandé à son homologue d’enquêter sur le démocrate Joe Biden, bien placé pour l’affronter lors de la présidentielle de 2020.

Lanceur d’alerte

« J’ai recommandé (…) de restreindre l’accès » au verbatim de la conversation, a déclaré M. Morrison. Il a cependant ajouté qu’il n’avait rien détecté de répréhensible dans cet échange.

L’appel téléphonique avait finalement été rendu public en septembre après l’intervention d’un lanceur d’alerte.

Le témoignage de M. Morrison « montre que l’appel téléphonique du président Trump le 25 juillet avec le président ukrainien Zelensky a déclenché immédiatement les sonnettes d’alarme partout à travers la Maison Blanche », a estimé dans un communiqué Adam Schiff, l’élu démocrate qui dirige l’enquête contre M. Trump.

La conversation est au centre de la procédure de destitution déclenchée par les démocrates, qui accusent le milliardaire républicain d’avoir abusé de ses pouvoirs présidentiels.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Patrick Dewael (Open-VLD), président de la Chambre, est l’un des noms qui circulent pour monter en première ligne.

    Négociations fédérales: qui va monter? Plusieurs noms circulent

  2. d-20191208-3XNE16 2019-12-08 09:11:53

    Le bulletin climatique de la Belgique continue à se dégrader

  3. Le succès des universités francophones est incontestable et la tendance s’inscrit dans le long terme.

    Enseignement supérieur: toujours plus d’étudiants dans les universités francophones

La chronique
  • La grande misère du choix électoral

    Le point qui a le plus surpris dans l’interview que Marc Uyttendaele et moi-même avons donnée au Soir le 23 novembre est apparemment la perspective d’organiser un référendum sur le cadre institutionnel de la Belgique.

    De fait, il y avait de quoi être surpris. Je ne suis pas un partisan déclaré du référendum, et je me rappelle fort bien Marc Uyttendaele, en 1993, s’opposant farouchement, comme Xavier Mabille, à l’idée de demander au peuple de se prononcer sur le cadre fédéral dans lequel basculait officiellement la Belgique à l’époque.

    Je ne veux pas revenir, ici, sur le référendum en tant que tel, qui est à mes yeux un procédé de la dernière chance en...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: l’insulte! Bon sang, mais c’est bien sûr!

    Mais comment n’y ont-ils pas pensé plus tôt ? Les conseillers du Roi avec leurs « Et que je vous sers le café. Et que je vous écoute patiemment »… et Paul Magnette qui fait des vidéos expliquant qu’il recherche « des solutions constructives pour tous, de Zeebruges à Arlon et d’Eupen à Mouscron », en français et en néerlandais ? Que dire des Vande Lanotte, Reynders, Bourgeois et Demotte engoncés dans de chics costumes pour faire honneur à la fonction ?

    ...

    Lire la suite