Scandale sexuel: les explications maladroites du prince Andrew sur l’affaire Epstein

Le Prince Andrew
Le Prince Andrew - AFP

Mis en cause dans l’affaire Epstein, le prince Andrew a « catégoriquement » démenti, dans une interview sans précédent diffusée samedi soir à la télévision britannique, les accusations d’une femme qui affirme avoir été forcée d’avoir des relations sexuelles avec lui.

Dans cet entretien de près d’une heure, filmé au palais de Buckingham et diffusé en intégralité dans la soirée sur la BBC, le deuxième fils de la reine d’Angleterre affirme qu’il n’a « aucun souvenir d’avoir jamais rencontré son accusatrice, Virginia Roberts.

Trop souriant

L’interview à la BBC a fait la une dimanche de la plupart des journaux britanniques. Et beaucoup ironisaient sur la méthode de défense du prince, ou estimaient que son pari de s’expliquer à la télévision avait de fortes chances de se retourner contre lui et la famille royale. « Il n’avait pas l’air conscient du sérieux de l’affaire, riant et souriant à plusieurs reprises pendant l’interview (…) et n’exprimant aucun regret ou inquiétude envers les victimes d’Epstein », jugeait ainsi le quotidien The Guardian.

Virginia Roberts affirme avoir été forcée d’avoir des relations sexuelles avec le prince Andrew à Londres en 2001 alors qu’elle avait 17 ans, puis à deux autres reprises à New York et sur l’île privée de Jeffrey Epstein dans les Caraïbes.

« Je peux catégoriquement, absolument vous dire que ce n’est pas arrivé », a déclaré le prince Andrew, 59 ans et huitième dans la ligne de succession au trône.

Photo compromettante

Le prince « sait exactement ce qu’il a fait et j’espère qu’il va être honnête », avait déclaré à la presse Virginia Roberts après une audience fin août à New York, où 15 autres plaignantes ont été entendues par la justice américaine, juste avant que les poursuites contre Jeffrey Epstein ne soient éteintes du fait de son suicide deux semaines auparavant.Une photo montrant le prince et la jeune fille se tenant mutuellement par la taille a été largement diffusée dans les médias.

Dans son interview enregistrée jeudi soir, le prince Andrew émet des doutes sur l’authenticité de ce cliché et affirme qu’il s’en veut « tous les jours » d’avoir rencontré Jeffrey Epstein à New York après sa libération en 2010. Mais l’objet de sa visite était dit-il de couper les ponts après que son ami eut passé 13 mois en prison, condamné en 2008 pour avoir conduit des jeunes filles à se prostituer en Floride. Voir Jeffrey Epstein après sa condamnation « n’était pas quelque chose de convenable pour un membre de la famille royale », a reconnu le prince Andrew.S’il a séjourné chez Epstein à New York, c’est parce que c’était « plus pratique », a expliqué le prince.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Aux éditions Weyrich, Hugues Wenkin et Christian Dujardin réexpliquent l’importance du front nord dans l’issue de la bataille des Ardennes. © Dominique Duchesnes.

    75 ans de la bataille des Ardennes: pourquoi ce fut aussi la bataille des ponts

  2. Les avocats d’Albert II, Me Alain Berenboom et Me Guy Hiernaux

    L’avocat d’Albert II sort du silence: «Il n’a jamais considéré Delphine comme sa fille»

  3. Les racines de Pierre Wynants sont place Rouppe, où la prodigieuse cave compte pas moins de 25.000 bouteilles. Son petit-fils Loïc y travaille en salle et comme sommelier.

    Les racines élémentaires de Pierre Wynants: «J’ai été viré de l’école, ça a été ma chance»

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Le roi, l’enfant et la justice

    A l’entame de la procédure, lorsqu’en 2013 Delphine Boël saisit les tribunaux pour contester la paternité de Jacques Boël et se faire reconnaître fille d’Albert II, d’aucuns se sont interrogés sur l’indépendance de la Justice dans pareil contexte : un ex-Roi traîné devant les juges pour se voir contraint de reconnaître l’existence d’une fille naturelle présumée. Lesdits juges oseraient-ils tenir tête à ce roi venant d’abdiquer, le forcer à réaliser un test...

    Lire la suite