NBA: Harden met encore les Rockets en orbite, George porte les Clippers (vidéos)

NBA: Harden met encore les Rockets en orbite, George porte les Clippers (vidéos)
Photo News

James Harden encore ardent pour Houston, Paul George déjà la main chaude pour les Clippers, Gregg Popovich qui voit rouge avec San Antonio : les températures de la nuit étaient élevées samedi en NBA.

Même en retombant dans ses travers offensifs en shootant à tout-va (41 fois) et en dépit d’une adresse moins probante que lors des deux derniers matches (16 paniers inscrits dont 8 sur 22 à trois points), Harden reste une infernale machine à scorer, capable de faire exploser les défenses.

À Minnesota, où n’a pas joué son compère Russell Westbrook ménagé, ses 49 points ont très grandement contribué au 10e succès des Rockets (125-105), seuls dauphins des Lakers.

À plein régime, la stratégie du « 6 secondes ou moins » (pour shooter) mise en place par Mike D’Antoni s’avère pour l’heure payante pour Houston.

Kawhi Leonard encore absent afin de préserver un de ses genoux douloureux, Paul George a pris ses responsabilités pour son deuxième match avec les Clippers, le premier au Staples Center où il a été très acclamé.

Et il n’a pas déçu. Avec 25 points marqués à la pause, 37 au total pour à peine 20 minutes passées sur le parquet, il a permis à Los Angeles de passer une soirée très tranquille en étrillant Atlanta (150-101), où Trae Young, très maladroit à 4 sur 16 aux tirs, a été limité à 20 points.

Les Clippers, qui renouent avec la victoire après deux défaites, grimpent à la 6e place à l’Ouest.

Les Spurs sont dans le dur : ils ont concédé un cinquième revers d’affilée, contre Portland (121-116) à l’AT&T Center, partis de trop loin après un premier quart-temps totalement raté, perdu 41 à 23.

Leur entraîneur Gregg Popovich, particulièrement énervé, s’est fait exclure pour contestation au 3e quart-temps, laissant Becky Hammon, sa première assistante, diriger l’équipe, avec l’autre adjoint Tim Duncan. Une première en NBA, où jusqu’ici aucune femme n’avait occupé ce poste.

Cela n’a pas empêché San Antonio de céder face à des Blazers, dont les fans attendent désormais les premiers pas du vétéran Carmelo Anthony, recruté jeudi.

Luka Doncic, encore auteur d’un match très complet à 26 points, 15 rebonds, 7 passes, a permis à Dallas de renouer avec la victoire, après deux défaites, aux dépens de Toronto (110-102).

Kristaps Porzingis a également été utile avec 20 points et 15 rebonds, pour museler des Raptors et l’arrière Norman Powell auteur de 26 points. Les Mavs grimpent au 7e rang à l’Ouest.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 10844589-050

    France: condamné, Mélenchon dénonce un «procès politique»

  2. d-20191015-3WNJFK 2019-10-15 15:16:54

    La voiture cède lentement du terrain: des différences importantes selon les régions

  3. d-20191008-3WJ5PV 2019-10-08 12:36:39

    Climat: le transport maritime pèse autant que toutes les voitures belges

La chronique
  • France: les premières leçons d’une révolte sociale

    Jeudi, grande manifestation syndicale contre la réforme des retraites : énorme succès.

    Samedi, trente manifestations de « gilets jaunes » dans la foulée de cette révolte sociale : énorme bide.

    Spectaculaire retournement de situation. Il y a encore quelques mois, il était de bon ton de gloser sur le fait que le mouvement « gilet jaune » avait ringardisé et marginalisé le mouvement syndical. Le verdict est tombé.

    Arnaque médiatique

    En vérité, nous avons été victimes d’une énorme arnaque médiatique (on reconnaîtra que j’ai tenté, sans succès, de la démystifier).

    Jeudi donc, près d’un million de citoyennes et de citoyens ont défilé dans toute la France.

    Au plus fort du mouvement des « gilets jaunes », ils furent 300.000. Or, à l’époque...

    Lire la suite

  • PS et N-VA: casa Kafka

    Et donc voilà Paul Magnette qui reprend cet après-midi le chemin du palais royal. Après des mois utilisés par d’autres à « dégager le terrain » – une manière cosmétique d’occuper le vide –, le président du PS a fait le boulot. Il pourrait même ne pas venir les mains vides : il aura à tout le moins essayé un scénario qui aurait sorti le pays de la crise et d’une transition en affaires courantes de moins en moins légitime démocratiquement. Il aurait produit un gouvernement. Ric-rac, mais un gouvernement....

    Lire la suite