Venise: la ville craint une nouvelle forte marée

Venise: la ville craint une nouvelle forte marée
AFP

La célèbre place Saint-Marc a de nouveau été fermée dimanche à Venise, dans la crainte d’une nouvelle montée des eaux après deux marées hautes qui ont dévasté la « Sérénissime » en moins d’une semaine.

« La place Saint- Marc est fermée. Priorité à la sécurité », a tweeté le maire de Venise, Luigi Brugnaro.« Nous ne nous attendions pas à une marée haute aussi exceptionnelle », s’étonnait dimanche Guido Fulgenzi, le patron d’un café sur la célèbre place, déambulant dans sa cuisine inondée et pointant sur le mur la marque laissée par la marée haute historique de mardi.

Après un bref répit samedi, les services météorologiques prévoient une nouvelle « acqua alta » à 1,60 mètre pour dimanche, un niveau toujours dangereux.

Vendredi, la marée haute avait atteint 1,54 mètre et conduit à la fermeture pendant plusieurs heures de l’emblématique place Saint-Marc. Et mardi soir, Venise avait connu sa pire marée haute en 53 ans, à 1,87 m, soit le deuxième record historique derrière celui du 4 novembre 1966 (1,94 m). L’eau a envahi les églises, commerces, musées et hôtels de ce joyau classé au patrimoine mondial par l’Unesco, l’inondant à 80 %.

Un milliard d’euros de dégâts

« Venise est dévastée, il y a pour un milliard (d’euros) de dégâts », a déclaré le maire Luigi Brugnaro. Le ministre italien de la Culture Dario Franceschini, venu vendredi constater sur place les dégâts, estime que les travaux de réparation seront considérables. Plus de 50 églises ont été endommagées, a-t-il noté.

Le maire de Venise a annoncé vendredi l’ouverture d’un compte bancaire pour tous ceux qui, en Italie et à l’étranger, souhaitent contribuer aux réparations. « Venise, endroit unique, est l’héritage de tout le monde. Grâce à votre aide, Venise brillera de nouveau », a-t-il écrit dans un communiqué.

Jeudi soir, le gouvernement du Premier ministre Giuseppe Conte avait approuvé l’instauration de l’état d’urgence à Venise et annoncé le déblocage de 20 millions d’euros « pour les interventions les plus urgentes ».

Venise sous l’acqua alta

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Les derniers vrais grands accords en Belgique datent de la fin des années nonante. Depuis, ce pays est complètement paralysé.
» © Dominique Duchesnes.

    Hendrik Vuye: «Vous avez eu Leterme, puis De Wever, demain vous aurez Van Grieken…»

  2. MELANIE DEBIASIO ©DOMINIQUE DUCHESNES

    Les Racines élémentaires de Melanie De Biasio: «J’ai perdu ma voix, j’ai vécu le pire, ça m’a rendu forte»

  3. Cette Congolaise de 36 ans, Kavugho Mbafumoja, ici à l’hôpital général de Beni ce 3 décembre, a survécu à une attaque d’un groupe armé.

    L’est du Congo, nouvelle cible du combat djihadiste

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite