Vers une fusion MR-CDH? «Risible», répond Maxime Prévot

Vers une fusion MR-CDH? «Risible», répond Maxime Prévot
Dominique Duchesnes

Le président du CDH, Maxime Prévot, a préféré une formule lapidaire pour répondre à l’idée d’un élargissement du MR au CDH émise dans « La Libre » par l’un des candidats à la présidence des libéraux, Georges-Louis Bouchez. « Ça aussi… c’est risible ! Et tellement classe », a-t-il lancé sur Twitter.

« Il y a trente ans, les familles traditionnelles représentaient 80 % de l’offre politique. Aujourd’hui, 50 %. Les familles démocratiques ont le devoir de préparer une nouvelle offre politique. On devra avoir des discussions avec tous les démocrates », a souligné M. Bouchez, interrogé dans l’émission « C’est pas tous les jours dimanche » (RTL-TVi).

Le CDH, dont l’érosion a franchi un nouveau palier lors des élections du 26 mai, est concerné. Ce n’est pas la première fois qu’une alliance entre les libéraux francophones et les sociaux-chrétiens est évoquée. Ce fut le cas à la fin des années 1990 avec le départ de l’ancien président Gérard Deprez du PS pour fonder le MCC et l’arrimer à la fédération PRL-FDF. À la fin 2003, après de mauvaises élections pour le nouveau CDH, le MR avait également lancé une grande opération de débauchage des mandataires centristes qui avait mené au départ du bourgmestre de Dinant, Richard Fournaux.

Sans hostilité

M. Bouchez ne veut pas de ce deuxième scénario « hostile », a-t-il précisé. « Je prends l’engagement de ne pas profiter des difficultés, réelles ou supposées, d’un autre parti afin de lui piquer au cas par cas des personnalités. Je pense par contre qu’un dialogue avec Maxime Prévot et d’autres sur une démarche structurée de rapprochement peut avoir son intérêt ».

Le candidat président pense à des listes communes ou jointes ainsi qu’à un partenariat privilégié dans la formation d’un gouvernement. « Et cela pourra déboucher peut-être sur un élargissement de notre fédération », a-t-il ajouté.

En juillet 2017, le CDH avait rompu avec fracas son alliance de 13 ans avec le PS et avait permis au MR de remplacer les socialistes au gouvernement wallon. Après les élections, il a annoncé qu’il siégerait dans l’opposition.

« L’objectif n’est pas de se faire avaler par un autre parti mais bien de nous réinventer pour nous-mêmes et de proposer un projet centriste fort et porteur de solutions aux citoyens », avait alors expliqué M. Prévot dans une lettre envoyée aux militants.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
On ne peut pas multiplier les politiques et les priorités à couvrir et réduire le budget à y consacrer
», insiste Olivier Chastel.

    Le Parlement européen veut 60 milliards de plus pour le climat, selon Olivier Chastel

  2. d-20190131-3R0NN6 2019-11-05 20:59:31

    L’élève francophone prend souvent du retard, mais la situation s’améliore

  3. d-20191128-3XGE94 2019-11-28 11:17:40

    Affaire Nethys: la Socofe renonce à son recours contre le décret gouvernance wallon

La chronique
  • Peut-on se payer la Maison-Blanche?

    I’m not a billionnaire ! », a lâché, amère, la sénatrice de Californie, Kamala Harris, en annonçant qu’elle abandonnait la course à l’investiture démocrate pour la présidentielle américaine.

    La pique visait sans doute moins Donald Trump que deux candidats de son propre parti, Tom Steyer et Michael Bloomberg, dont les fortunes personnelles sont estimées, respectivement, à 1,6 milliard et 50 milliards de dollars par le magazine Forbes.

    Que des hommes, blancs, et vieux, comme Steyer (62 ans) et Bloomberg (77 ans), mais aussi Joe Biden (77 ans) ou Bernie Sanders (78 ans), puissent – sauf surprise – mener campagne jusqu’à la convention démocrate de Milwaukee, prévue en juillet 2020, alors que Kamala Harris, self-made woman de 55 ans, métisse, de père jamaïcain et de mère indienne, ait dû jeter l’éponge début décembre 2019 est déjà, en soi, problématique pour certains progressistes.

    Qu’à l’instar de l’actuel président...

    Lire la suite

  • Le Green Deal européen: la politique, la vraie

    Il faut lire le « Green Deal » dans lequel la Commission propose de faire de l’Europe un continent « zéro carbone » en 2050. La Commission y fixe un nouvel objectif 2030 pour la réduction de nos émissions de gaz à effet de serre, identifie les secteurs dans lesquels elle veut agir. Elle annonce cinquante mesures, promet de déposer toutes ses propositions législatives dans les deux années à venir…

    ...

    Lire la suite