MotoGP: immense frayeur pour Zarco, percuté par une moto en se relevant de sa chute (vidéo)

MotoGP: immense frayeur pour Zarco, percuté par une moto en se relevant de sa chute (vidéo)
Capture vidéo

Terrible image en MotoGP ce dimanche, à Valence. Pris dans une triple chute avec Petrucci et Lecuona, Johann Zarco s’est relevé pour retourner vers sa moto, dans les graviers. Mais le Français a ensuite été fauché par-derrière par la moto de Lecuona, qui arrivait à pleine vitesse.

Zarco a effectué un salto arrière avant de retomber au sol, et de rester à quatre pattes sans pouvoir se relever. Le pire était alors à craindre au vu de la violence des images, mais après avoir été évacué sur civière, le Français semblait aller mieux quelques minutes plus tard avec son équipe.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Le Williams et Kubica n’ont jamais répondu à l’attente...

    Par DOMINIQUE DRICOT

    Formule 1

    Formule 1: Robert Kubica, une histoire bien triste

  • @AFP

    Par Thierry Wilmotte

    Formule 1

    Hamilton achève 2019 en beauté, les yeux déjà rivés sur 2020

  • PHOTONEWS_10814938-127

    Par Sébastien Close

    Formule 1

    Max Verstappen: «C’est devenu un peu ennuyant de voir Lewis Hamilton gagner»

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190524-3U3PUF 2019-05-24 17:33:25

    Vie privée: les internautes ne sont pas prêts à se rebeller

  2. Le gouvernement Michel (la suédoise MR, N-VA, VLD, CD&V) était lourdement déséquilibré entre nord et sud
: les francophones, avec le seul MR, ne disposait que de 20 sièges sur 63.

    Un gouvernement minoritaire au Nord? Ce n’est pas une première

  3. A la veille du match entre l’AS Roma et l’Inter Milan, le journal italien Corriere dello Sport est au cœur d’une polémique avec cette « une ».

    Discriminations: «On ne peut parler de racisme sans parler des blancs»

La chronique
  • Manifestations monstres contre Macron en France: ce qu’il faut oser dire

    Il n’y aura pas eu de chaos. La plupart des trains étaient à l’arrêt ce jeudi et la majorité des écoles, fermées. Mais les Français avaient anticipé ce « black thursday ». Si bien que le « mur du 5 décembre » n’a pas été érigé aussi haut que prévu.

    Emmanuel Macron aurait pourtant tort de considérer la partie gagnée. La mobilisation était très importante dans les manifestations. Et ce n’est que dans les...

    Lire la suite